Sélectionner une page
Frères Amar, les rois du Cirque ! L’histoire des 4 frères Amar est une authentique et passionnante saga.
Chapiteau et parade : Amar, Roi du Cirque

Chapiteau Amar, Roi du Cirque

Une histoire du monde de la Foire

Elle prend sa source dans deux contrées sauvages à plus de mille kilomètres l’une de l’autre. Qui aurait pu prédire, en cette fin de XIXème siècle, qu’Ahmed, un modeste Kabyle arrivant de son Constantinois natal allait rencontrer et épouser Marie-Gabrielle Bonnefous, la fille d’un dompteur Lozérien ? De cette union naquirent une douzaine d’enfants, dont quatre allaient devenir pendant plus de quarante ans, les Rois du Cirque. Le début de leurs aventures commence dans le monde de la Foire, au milieu d’un tohu-bohu carnavalesque, des pétarades et des rugissements de fauves. Leur école fut les roulottes foraines et les cages malodorantes. Ils furent éduqués à la dure par un père autoritaire, mais choyés par une mère qui rêvait, elle, d’être écuyère ou directrice de cirque. À l’âge où les gamins tapent dans un ballon, eux entraient dans la cage aux lions. Dès leur petite enfance, ils ne connurent que les durs labeurs et le travail à l’abattage. Au début du XXème siècle, ils réussirent à se faire remarquer sur la parade de leur modeste baraque, où ils étaient annoncés comme les plus jeunes dompteurs de l’époque.

La parade dans les foires avec les 4 frères Amar - Amar, Roi du Cirque

La parade avec les 4 frères Amar

Un rêve de jeune fille

Après le décès de son mari, puis celui de son fils Saïd, et du départ d’Abdellah, Marie-Gabrielle Bonnefous épaulée par ses quatre fils, Amar Aîné, Mustapha, Ali et Shérif, put enfin réaliser son rêve de jeune fille. Le Cirque Ménagerie Amar, direction Veuve Amar et ses fils, embarqua en 1924 son matériel sur un train spécial et partit à la conquête de la Belgique. Ce fut le succès !

L’année suivante, le cirque voyagea en Hollande et dans tout le Benelux. Les frères Amar revinrent ensuite en France avec un cirque hippodrome à deux pistes. En 1928, ils n’hésitèrent pas à s’installer à Paris et à se mesurer au cirque géant Gleich. Les 4 frères Amar avaient la baraka !

Le circuit en Méditerranée - Amar, Roi du Cirque

Le circuit Amar, Roi du Cirque

La fantastique tournée d’Amar, Roi du Cirque

Ils embarquèrent le personnel, les animaux, le chapiteau et le matériel roulant, sur un bateau, et pendant deux ans entreprirent une grande tournée tout autour de la Méditerranée. En 1930 et 1931, ils donnèrent des représentations en Tunisie, Algérie, Maroc, Égypte, Palestine, Liban, Grèce, Turquie, Bulgarie, Roumanie, Serbie, Hongrie Autriche et Italie. Ce fut une véritable Odyssée riche en aventures.

Mustapha- Ali- Amar Ainé- Amar, Roi du Cirque

Mustapha- Ali- Amar Ainé – Amar, Roi du Cirque

De retour en France, fiers de leurs succès, ils agrandirent leur établissement, achetèrent 20 ours blancs, un imposant troupeau de 16 éléphants, et des quartiers d’hiver à Blois. Leurs installations composées d’un superbe chapiteau à 4 mâts, ses tentes, et ses cinquante véhicules peints mi-rouge, mi-blanc, firent sensation à l’Esplanade des Invalides, en juin 1933. Tout en continuant de voyager avec leur chapiteau, ils prirent trois ans plus tard, la direction de l’Empire, le célèbre music-hall-cirque parisien, et présentèrent 18 spectacles différents avec les plus grandes vedettes de l’époque. Toujours dans la capitale, ils donnèrent des représentations dans une construction chauffée appelée Le Nouveau Cirque de la Rive Gauche.

Le chapiteau Amar, Roi du Cirque par les demoiselles Vesque

Le chapiteau Amar, Roi du Cirque, en 1933, par les demoiselles Vesque

Amar, Roi du Cirque

D’année en année, ils agrandirent leur ménagerie qui devint une des plus belles d’Europe. Ils firent l’acquisition d’une girafe, d’un rhinocéros et d’un hippopotame, lorsque la deuxième guerre mondiale fut déclarée. Malgré les nombreuses vicissitudes de l’occupation allemande, les frères Amar réussirent à distraire les Français, et démultiplièrent leurs chapiteaux. Shérif Amar et son épouse Emilienne prirent alors leur indépendance et montèrent leur propre établissement intitulé Le Nouveau Cirque de Paris. Une fois l’Europe enfin libérée, les frères Amar remirent leurs cirques sur les rails. En 1948, les 3 frères Amar organisèrent simultanément trois tournées, une en Italie, l’autre en Espagne et la troisième en France. Enfin, Shérif et Emilienne firent une tentative d’un Super Cirque à 14 mâts qui n’eut pas de lendemain.

Une pléiade d’artistes chez Amar, Roi du Cirque
Les 16 éléphants du Cirque Amar, Roi du Cirque

Les éléphants du Cirque Amar, Roi du Cirque

Forts de leurs succès, les 3 frères modifièrent encore leur enseigne qui se transforma en Porte flambeau des Cirques puis en Cirque des Cirques. Leurs chapiteaux s’agrandirent et les spectacles prirent encore plus d’ampleur. Chaque hiver, ils entreprirent de fructueuses tournées en Afrique du Nord, puis en 1951, décidèrent de se motoriser. Deux ans plus tard, ils furent à la tête d’un incroyable troupeau de 20 éléphants. Ils montèrent un spectacle nautique, puis mirent en haut de l’affiche Achille Zavatta, le clown le plus populaire de l’époque. Au fil des années, ils programmèrent Fernand Raynaud, l’enfant chéri des Français, le danseur de corde comique Émilio Zavatta, le tigre écuyer du dompteur Harry Belli, et une pléiade d’attractions internationales, de Little John à Little Walter Family.

Amar, Roi du Cirque et sa ménagerie, affiche de 1933

Amar, Roi du Cirque – affiche de 1933

De son côté, Shérif Amar lança en Algérie, le Grand Cirque National, tandis que le chapiteau du Cirque de France Amar continuait, avec régularité, ses grandes tournées. Après le décès de ses deux frères Amar Aîné et Ali, Mustapha Amar décida de vendre la firme à la fin de l’année 1967.

Le mythe d’Amar, Roi du Cirque

Les aventures des frères Amar appartiennent à une époque maintenant révolue qui de par leur caractère fabuleux sont devenues mythiques. Or, un mythe ne peut exister que s’il est régulièrement entretenu. Depuis Henry Thétard, en 1934, jusqu’à nos jours, des historiens comme Serge, Adrian,  Charles Degeldère, Christian Leyder, sans compter les nombreux chroniqueurs, ont commémoré le souvenir de ce traumcircus.

Bon nombre de directeurs, à leur tour, comprirent l’intérêt de cette enseigne au caractère magique. Encore, de nos jours, les collectionneurs s’arrachent tout ce qui concerne ce cirque, du programme à l’affiche en passant par les cartes postales, invitations, tickets et autres documents.

Enfin, lors de la délibération du Conseil Municipal de la Ville de Blois du 27 janvier 1989, il fut décidé, à l’instigation de Pierre Carroué, que la voie de desserte du lotissement Foncier Conseil, ex-rue des Métairies, serait appelée dorénavant : Rue des Frères Amar.

 Dominique Denis

À Lire
Les Cirques des frères Amar

Les Cirques des frères Amar

Au sommaire 
  • Le temps des ménageries : L’enfance des frères Amar à la Fosse aux lions Ahmed, à partir de 1888 jusqu’en 1913 – Les plus jeunes dompteurs du monde – La création de la Ménagerie des frères Amar en 1919.
  • L’Université du Cirque : La genèse du cirque par Mustapha Amar – Ses rencontres avec les plus grands directeurs de l’époque.
  • En avant ! : Le fulgurant départ vers la Belgique et la Hollande du Cirque Ménagerie Amar, direction Veuve Amar et ses fils en 1924 – Le contrecarre avec Gleich à Paris, en 1928 – La baraka !
  • Le grand périple : L’incroyable Odyssée riche en aventures en 1930 et 1931, en Tunisie, Algérie, Maroc, Égypte, Palestine, Liban, Grèce, Turquie, Bulgarie, Roumanie, Serbie, Hongrie Autriche et Italie.
  • Le retour en France : L’agrandissement du cirque – L’achat de 20 ours blancs, de l’ imposant troupeau de 16 éléphants, et des quartiers d’hiver à Blois – Le triomphe à l’Esplanade des Invalides, en juin 1933 – Le construction Amar à Paris.
  • L’Empire d’Amar : La direction de l’Empire, le célèbre music-hall-cirque Parisien, saison 1936-38, avec 18 spectacles différents – Le Nouveau Cirque de la Rive Gauche – La naissance d’Auguste – Tournées sous chapiteau – Les 80 chevaux.
  • Sous le signe de la girafe : L’acquisition d’une girafe, d’un rhinocéros et d’un hippopotame – Pendant l’occupation allemande, la démultiplication des chapiteaux : Le Cirque National, Le Cirque de France Amar, Le plus beau Cirque de France Amar, Le Cirque International et Le Nouveau Cirque de Paris de Shérif et Emilienne Amar – Au Jardin d’Acclimatation.
  • La remise sur les rails : En 1948, les 3 tournées simultanées des 3 frères Amar en Italie, en Espagne et en France – Le Super Cirque à 14 mâts de Shérif et Emilienne – Le Porte flambeau des Cirques Français – Le Cirque des Cirques – En Afrique du Nord – Le saut de la mort – Le Cirque Mikkenie – Le train Amar – Le V2 humain.
  • La route du succès : La motorisation du Cirque des 3 frères Amar en 1951 – Le Prince Damoo – L’incroyable troupeau de 20 éléphants – Tempêtes de neige et tornades – Buffalo Bill – La féerie des eaux – L’adieu de Madame Amar Mère – Les animaux d’Hagenbeck – Le Cirque Grock – Le Prix Amar – Festival de Cirque – La baleine rieuse.
  • Le triomphe des clowns : Achille Zavatta en tête d’affiche – Les spectacles avec Fernand Raynaud, Rolph et Emilio Zavatta, le tigre écuyer d’Harry Belli, et une pléiade d’attractions internationales, de Little John à Little Walter Family, en passant par Jeannette Mac Donald et Marffa la Corse – Amar en Autriche.
  • Le terme d’une épopée : Le drame de Béziers – l’apothéose de Victor Saulevitch – Le Cirque National Algérien de Shérif – Le Cirque Chinois – Les avions d’Amar – Les artistes de l’Est – L’année de transition – La fin de la saga – Le mythe Amar.