Sélectionner une page
Cirque et Voyage : extrait du

Mini Dictionnaire Franco – Manouche par Alain Nénert

Editions Arts des 2 Mondes – en version e book

 couverture du livre du mini-dictionnaire franco-manouche - photo de Louis Bouchery - Cirque et Voyage

mini-dictionnaire franco-manouche – Alain Nénert

Le manouche, comme nous l’appellerons – avec ses nombreuses variantes manush, romani, etc. – est une langue, de fait, uniquement parlée … Chacun sait que le voyageur ne sait traditionnellement ni lire, ni écrire. Ce n’est, toutefois pas une règle absolue car il sait souvent signer et parfois bien mieux que le paysan de l’époque qui déclare ne savoir le faire.

Proposer donc une rédaction est un exercice ressemblant au triple saut périlleux ! Des bases de données existent (relativement nombreuses, mais souvent modestes et toujours contradictoires orthographiquement parlant) et étant originaires de divers pays visités par les tziganes, des influences extérieures se font jour. Le Britannique anglicisera, le Français francisera, l’Ibère espagnolera, etc. S’y retrouver sereinement est quasiment impossible !

L’on constatera que ce mini-dictionnaire est très limité. Seulement 400 mots dans la seconde partie français > manouche. Il résume cependant l’essentiel de la vie du voyageur : la nourriture, la vie courante, la nature – avec laquelle il vit en osmose – le sexe et l’organisation de la famille dont l’honneur. Des fonctions que certains ne manqueront pas de qualifier de frustes mais toutefois nécessaires, suffisantes et indispensables à la survie durant deux millénaires !

Je vais, par ailleurs, tenter de rester dans l’esprit prioritaire du monde du spectacle voyageur, en particulier le cirque. Ce travail est, de fait, destiné principalement aux circophiles dont je fais partie, étant un pur « gadjo ». D’autre part, et nous développerons ce point, tout ce qui est sur le voyage est intéressant. En conséquence, le pur tzigane ne sera pas l’unique intérêt mais tous les pantres devenus peu à peu voyageurs depuis deux siècles entreront dans cette modeste étude.

Il sera instructif de méditer sur les corrélations nombreuses entre diverses langues européennes, les expressions purement manouches et, cerise sur le gâteau, l’intégration moderniste de certains termes dans l’argot ainsi que dans le vocable imagé des banlieues. Tout évolue en permanence, la phraséologie des « jeunes » étant parfois indigeste au commun des mortels … Ignorer cela est faire la politique de l’autruche ! Bien au contraire, il faut suivre le mouvement pour rester dans le coup.

Il eut été, en outre, dommage d’en rester à un strict aspect dictionnaire fort réducteur et parfois même indigeste. L’auteur a donc pris plaisir à développer divers chapitres complémentaires concernant les mœurs, coutumes et histoire des gens du voyage ; espérant ainsi intéresser et informer au mieux le lecteur. Il signale, mais ses nombreux amis le savent, qu’il en est arrivé là en conséquence de ses recherches généalogiques sur toutes les familles du voyage. Donc, cet aspect sera omniprésent en ce dossier.

Alain Nénert

- photo de Louis Bouchery - Cirque et Voyage

La chèvre acrobate – photo de Louis Bouchery

Expressions et locutions diverses

Aller faire le tutu. C’est-à-dire aller faire la pute. Par exemple, aller au ministère pour quémander des subventions ou pleurnicher auprès d’une municipalité pour obtenir un ‘condé’.

Allumer le pingouin. C’est la parade, en fait : Exciter le pantre pour l’inciter à se faire entréper. Le gadjo, toujours bien vêtu, est assimilé à un pingouin en queue de pie.

Ando foro. En ville !

Arnaque du gadjo. L’ineffable plaisir secret du voyageur qui prend toujours un malin plaisir viscéral à escroquer le sédentaire et ainsi démontrer sa malignité.

Attendre la chandelle à la main. Le public ne vient pas au grand désespoir du circassien et le chapiteau est alors éclairé pour rien.

Envoyé de Patérousselle. L’espion.

Emballer le trèpe dans du papier cadeau. C’est la très classique arnaque du gadjo. Sans commentaires !

Frime de râgout. Le pantre en language forain. Terme fort méprisant.

Jouer à la feuille. Synonyme de jouer à la manouche, sans partition.

Mettre du décolleté. Voisin de passer en fesses. Faire des frais de tenue et éventuellement d’érotisme pour faire passer un numéro peu au point.

Mettre la nappe. Installer le tapis sur la piste.

On ne s’habille pas dans les vêtements d’un mort. Phrase résumant l’atavisme du manouche pour lequel la notion d’héritage est étrangère. Brûle-t-on encore la verdine du défunt ?

Te has tre mule. Littéralement Mange tes morts : Sans doute la pire des insultes. On notera que cette horrible expression a fait un réel tabac dans nos banlieues !

Voleur de poules. Surnom donné par les paysans qui soupçonnent fortement le voyageur de lui dérober ses animaux. En les pires périodes, l’expression dérivera en voleur d’enfants !

Envoyez les couleurs !

- photo de Louis Bouchery

Le tambourin – photo de Louis Bouchery

  • Blanc. Vaï.
  • Noir. Kalo.
  • Vert. Zénélo.
  • Rouge. Lolo.
  • Jaune. Dzilto.
  • Bleu. Blauto.