Sélectionner une page
Histoire des premiers cirques dans le monde par Dominique Denis.
L’avant Astley 
Perchistes chinois - Dynastie des Wei - Premiers cirques dans le monde

Perchistes chinois – Dynastie des Wei

En Chine, il y a deux mille ans sous la dynastie des Han, les artistes d’adresse et d’agilité étaient déjà classés en plusieurs catégories. En Egypte on connaissait les acrobates, danseurs, lutteurs, jongleurs et joueurs de bonneteau. En Amérique centrale, des Aztèques pratiquaient l’antipodisme. En Grèce, puis à Rome et Byzance, les funambules, acrobates et dresseurs divertissaient les foules. La plupart du temps, ces Saltimbanques travaillaient en compagnie ou en famille, selon leur spécialité.

Au XVIIème siècle, ces artistes se produisaient dans les foires, comme celle de Saint-Laurent, à Paris, ou celle de Southwark en Angleterre. À Nuremberg, à partir de 1628, ils travaillaient au Fetchthaus auf der Schütt. À Prague, ils jouaient dans des salles d’auberges telles celle de l’Ours Noir ou À la Roue d’Or. À Francfort ou à Leipzig, les Knie, les Berosini ou les Weitzmann jouissaient déjà d’une bonne renommée. Quelques écuyers exécutaient des exercices de voltige et Banks devint célèbre avec son cheval Moraco.

Funambules à Venise en 1700 - Premiers cirques dans le monde

Funambules à Venise en 1700

Au Sadler’s Wells d’Islington ou au Théâtre Nicolet à Paris, au XVIIIème siècle, acrobates et danseurs de corde rivalisaient d’adresse, tandis que les troupes de funambules tendaient leurs câbles entre les tours des grandes cités. En Amérique, en 1724, des troupes ambulantes donnaient des représentations à Philadelphie et à New York. En 1755, Defraine fit construire un amphithéâtre circulaire à Vienne pour présenter des combats d’animaux, mais également des spectacles animés par des Saltimbanques.

L'écuyer Price - Premiers cirques dans le monde

L’écuyer Price

À partir de 1760, en Angleterre, des troupes d’écuyers tels les Price, Jacob Bates ou Sampson présentaient des spectacles essentiellement équestres. L’Angleterre devint une terre d’élection pour ces hardis voltigeurs qui avaient pour nom Hyam, Johnson ou Wolton. Ils allaient donner la vocation à un dénommé Philip Astley.

Premiers cirques dans le monde : Débuts d’Astley à Londres 
La publicité de Philip Astley - Premiers cirques dans le monde

La publicité de Philip Astley

Né le 8 Janvier 1742 à Newcastle under Lyme, Philip Astley s’engagea en 1759 dans le régiment du 15ème Dragons et participa à la guerre de sept ans. À son retour en Angleterre en 1766, il apprit la voltige avec Johnson.

Après s’être marié, il loua le New Springs Gardens dans Chelsea, puis le Halfpenny Hatch à Lambeth en 1768, un terrain entouré de pieux et de cordes. Il y monta une école d’équitation et donna des représentations de voltige à cheval.

Premiers cirques dans le monde : Naissance du Cirque moderne 
Façade du cirque d'Astley - Premiers cirques dans le monde

Façade du cirque d’Astley

En 1770, Philip Astley loua un autre terrain au croisement de Stangate Street et de Westminster Bridge Road, un endroit très fréquenté. Il y installa son Astley’s Theatre.

L’extérieur de l’édifice en bois, entouré de deux ailes, était décoré de toiles peintes représentant les artistes en action. Le toit était agrémenté de figurines de cavaliers en bois découpé. On accédait à l’entrée de l’amphithéâtre par un escalier de cinq marches. À l’intérieur, la piste circulaire de 19,50 mètres de diamètre, recouverte de sciure de bois, était à ciel ouvert. Pour les numéros d’acrobatie, on installait un plateau en bois ou un tapis à même le sol. Le bâtiment principal abritait, pour les spectateurs, trois niveaux de loges ouvertes sur la piste. Quatre autres tribunes occupaient les ailes au-dessus des écuries.

Ayant compris que les exercices équestres n’étaient pas suffisants pour constituer un programme varié, Philip Astley eut l’idée de faire appel à d’autres corporations d’artistes. C’est ainsi qu’il créa le concept du cirque moderne ! Cette création repose sur deux principes : La fusion d’une compagnie de voltigeur à cheval avec des funambules, des acrobates et des Comiques. Deuxièmement, la présentation de ce spectacle dans un lieu circulaire et fermé, appelé au début amphithéâtre, puis cirque par la suite.

Premiers cirques dans le monde : Le Baptême du Cirque 
Charles Hugues - Premiers cirques dans le monde

Charles Hugues

Le premier établissement à s’appeler cirque fut le Royal Circus and Equestrian Philharmonic Academy de Charles Hughes, situé 124 Blackfriars Road au centre de Lambeth en 1782. Cette dénomination fut choisie par Charles Dibdin, l’associé de Hughes, par analogie à l’allée circulaire de Hyde Park, appelée Ring ou encore Circus, où les gentlemen venaient trotter à cheval.

Dibdin eut encore l’idée d’accoler une scène à la piste afin de pouvoir combiner les effets théâtraux avec les jeux de la piste.

Premiers cirques dans le monde : Débuts en Europe et en Amérique 
Le cirque de Bill Rickett à Philadelphie - Premiers cirques dans le monde

Le cirque de Bill Rickett à Philadelphie en 1893

La nouvelle formule de spectacle créée par Astley fut immédiatement reprise en Europe par d’autres écuyers. Dès 1770, Potters triomphait à Vienne.

Quelques années plus tard, Wilhelm Wear se produisait à Nuremberg puis en Suède, et Wolton à Saint-Pétersbourg. Jacob Sharpe, Faulks et Bates, quant à eux, s’embarquaient vers le Nouveau Monde.

Philip Astley s’installa à Paris en 1782. Il y fit construire, l’année suivante, son Amphithéâtre Anglais. Pendant ce temps, Luigi Chiarini parcourait les états allemands et Peter Mayheu, qui avait travaillé en tant que piqueur à la Cour d’Espagne, s’installait à Vienne. Philip Astley vint à Bruxelles, pour six jours en 1787, et au mois d’octobre de la même année, James Price arrivait à Stockholm. À Paris, Antonio Franconi occupa le manège d’Astley en avril 1791, tandis que Benoit Guerre sillonnait l’Espagne.

À Mexico en juillet 1791, le Théâtre du Colisée donnait des représentations de cirque. Deux ans plus tard, John Bill Ricketts fondait le premier cirque américain à Philadelphie, tandis que Charles Hugues présentait le spectacle de son Royal Circus en Russie.

Premiers cirques dans le monde : À la conquête du Monde 
Louis Tourniaire - Premiers cirques dans le monde

Louis Tourniaire

Dès 1801, Jacques Tournaire fit connaître le spectacle de cirque dans toute l’Europe. Il visita les états italiens et allemands, la Scandinavie et la Russie. Il eut des concurrents comme Balp, James Price, Philip Lailson, Blondin, Jean Lustre ou Didier Gautier qui lui, exhibait un éléphant. L’écuyer Christopher de Bach vint à Prague en 1803. Cinq ans plus tard, il fondait à Vienne, le Circus Gymnasticus, un établissement de 3.000 places.

À Paris, le premier établissement à s’être appelé cirque fut le Cirque Olympique, à l’angle de la rue Saint-Honoré et la rue du Mont-Thabor. La première eut lieu le 28 décembre 1807. Près de la Porte de Brandebourg, à Berlin en 1821, fut construit un premier cirque en bois, qui accueillit la troupe Cuzent-Lejars-Tourniaire. Barcelone reçut Jean Baptiste Auriol et sa compagnie, en 1827. En Grande Bretagne, Andrew Ducrow s’imposait comme l’écuyer le plus extraordinaire de son temps. Quant à Alessandro Guerra, il s’imposa à Saint-Pétersbourg en 1845 avec son Cirque Olympique.

Andrew Ducrow - Premiers cirques dans le monde

Andrew Ducrow

En Australie, Robert Radfort donna son premier spectacle à Launceston en décembre 1847. Louis Soullier, qui avait épousé la veuve de Christopher de Bach, s’équipa d’un chapiteau de 40 mètres et s’aventura en Europe centrale, en Russie, dans les Balkans et en Turquie. En 1854, son Cirque Impérial arrivait en Extrême Orient. Giuseppe Chiarini partit pour l’Amérique en 1853. Il visita ensuite le Mexique puis continua sa route jusqu’au Chili. Il entreprit ensuite des tournées au Japon, en Chine, aux Indes, en Australie et Océanie.

Le cirque moderne était alors devenu un spectacle universel…

Extrait de L’Encyclopédie du Cirque par Dominique Denis

Encyclopédie du Cirque

Encyclopédie du Cirque