Sélectionner une page
Histoire du Cirque Métropole, devenu ensuite Le Cirque de Paris de 1906 à 1930.
Façade du Cirque Metropole

Façade du Cirque Metropole – carte postale

Cirque Metropole

A l’emplacement du Tivoli-Folies du Gros-Caillou, 21 rue Duvivier, fondé au début de la III ème République, la société d’exploitation Herlich et Compagnie, fit construire, en septembre 1905, au 18-20 avenue de la Motte-Piquet, le Cirque Metropole, un établissement de 6.000 places. Les travaux furent dirigés par l’architecte Louis Gagey.

Le diamètre mesurait 42 mètres. La construction extérieure était en briques, et haute de quatre étages. Une vaste coupole en vitres était soutenue par une charpente métallique récupérée de l’ancien Panorama de la Bastille. Aux premiers rangs, des loges cernaient la piste. Après un vaste promenoir, on trouvait les fauteuils de premières, puis deux autres balcons en gradins complétaient l’ensemble. Les écuries se situaient au sous-sol.

La première, sous la direction d’Edouard Arcoz, eut lieu le 5 janvier 1906. Les régisseurs étaient Alexandre Nava et Valli de Laszewski. Au programme, figuraient la Princesse Yvonne de Mareyna et ses éléphants, et les fameux trapézistes volants, les Clarkonian, avec Ernest Clark qui tournait le triple.

Cirque de Paris
Affiche du Cirque de Paris - Cirque Metropole

Affiche du Cirque de Paris avec Foottit et Chocolat

Après une saison d’exploitation, le Cirque Métropole changea d’enseigne, pour s’appeler le Cirque de Paris. La réouverture eut lieu le 27 septembre 1907, sous la direction de Tison et Debray, avec la célèbre troupe équestre Lécusson.

En février 1908, le cirque se transforma en cinéma, puis d’avril à mai, s’intitula le Cirque Continental, dirigé par Edmond Verdan. Le Cirque Alphonse Rancy prit possession des lieux d’octobre à janvier 1909. A la fin de ce dernier mois, le Cirque Wilhelm Hagenbeck, dirigé par ses fils Carl et Willy, prit la suite. Le spectacle de ce grand cirque allemand était riche en numéros d’animaux, dont un groupe de 80 ours blancs, et un groupe de lions et tigres sous l’égide de Carl Feldman.

Hippolyte Houcke reprit la direction en octobre 1909. Pendant plusieurs saisons, ce directeur présenta de grandes attractions comme les trapézistes Rainat. Le célèbre Foottit et ses fils, puis le populaire Chocolat animèrent cette piste de la Rive Gauche.

Le Palace
Programme du Cirque de Paris - Cirque Metropole

Programme du Cirque de Paris

En septembre 1912, l’établissement changea encore d’enseigne, et devint Le Palace, sous la direction de Vives. Ce dernier proposa des réunions de boxe et des opérettes. L’année suivante, en octobre, le cirque reprit ses droits avec le clown Foottit. En juillet 1914, le cirque redevint un cinéma.

Une timide réouverture du Cirque de Paris eut lieu en décembre 1915, sous la direction de Deprat et Houdez, avec les clowns Bob et Chocolat. Hélas, les spectacles de cirque furent remplacés par des séances sportives.

Façade du Cirque de Paris - Cirque Metropole

Façade du Cirque de Paris

Tison et Debray proposèrent, en septembre 1920, une formule de cirque-music-hall, avec une joyeuse équipe de clowns composée de Michel Averino, entouré de Chocolat, Cerrato, Adolphe et Kade. La véritable réouverture du Cirque de Paris eut lieu le 17 septembre 1921, sous la direction de G. Pasquier et de Gaston Rousseau. La direction artistique fut attribuée à M. Orlando, et la régie à Georges Loyal.

Attractions internationales
Au Cirque de Paris par les demoiselles Vesque - Cirque Metropole

Au Cirque de Paris par les demoiselles Vesque

A partir de cette date, le Cirque de Paris présenta une série de bons spectacles composés d’attractions internationales comme la cavalerie de 40 chevaux d’Orlando, le capitaine Wall et ses alligators, les 70 lions d’Alfred Schneider, le fakir Blacaman, les éléphants musiciens de Rossi, Joseph Gaillard et son ami Consul ou encore Alfred Court dans la paix dans la jungle.

Moriss Abbins - Cirque Metropole

Moriss Abbins au Cirque de Paris

Le fameux casse-cou à bicyclette Moriss Abbins qui tournait le looping the loop en avril 1923, fut victime d’une chute. Quelques jours plus tard, l’artiste reprenait courageusement ses exploits. Les clowns Bob O’Connor et Angelo, Antonet et Béby, Pompoff et Theddy, furent à l’honneur. Charles Manetti, en compagnie de Charley et Coco, interprétèrent sur cette piste, en 1925, une entrée hilarante intitulée la leçon de skating.

Pasquier mourut, en août 1923, et Gaston Rousseau assuma seul la direction. La dernière eut lieu le 15 juin 1930, avec les clowns Antonet et Béby. On sabla le Champagne, puis le Cirque de Paris fut impitoyablement abattu. La société immobilière put enfin se lancer dans de nouvelles spéculations… Une fois de plus, les Parisiens furent les grands perdants.

Extrait de : Cirques en bois, cirques en pierre de France – Charles Degeldère et Dominique Denis – deux volumes – Arts des 2 Mondes – 2003. (en cours de réédition).

Sources : 

  • Le Cirque de Paris – Gustave Fréjaville – Louis Gagey – Tristan Rémy – n° IV.
  • Annonce du Cirque de Paris – Le Journal – 11/4/1923.
  • Programmes des Cirques en France de 1860 à 1910 – Alain Simonet.
  • Dictionnaire historique des cafés-concerts et des music-halls de Paris – Philippe Chauveau.
  • Programmes du Cirque de Paris – Cirque Metropole – Collection Alain Simonet.
  • Grand Répertoire Illustré des Cirques en France – Robert Barrier.
  • Histoire Illustrée des Cirques Parisiens – Adrian.
  • Cirques – Constructions – Jacques Fort – Le Cirque dans l’Univers – n° 22.

A lire 

Cirques en bois, cirques en pierre de France - cirques parisiens

Cirques en bois, cirques en pierre de France

  • Cirques en bois, cirques en pierre de France – Charles Degeldère et Dominique Denis – deux volumes – Arts des 2 Mondes – 2003. (en cours de réédition).
  • Histoire Illustrée des Cirques Parisiens – Adrian.
  • Paris en Piste – Histoire des cirques parisiens – Pascal Jacob – Editions Ouest-France – Rennes 2013.