Sélectionner une page

Le Circus Gymnasticus, le premier cirque en pierre de l’Empire Austro-Hongrois, fut, de 1808 à 1852, un des établissements les plus prestigieux d’Europe.

Circus Gymnasticus à Vienne

Le Circus Gymnasticus au Prater de Vienne

Circus Gymnasticus au Prater

Cristoph de Bach - Circus Gymnasticus

Cristoph de Bach

Héritier des premières compagnies équestres à Vienne, l’écuyer Christoph de Bach fit ériger en 1808, le Circus Gymnasticus, le premier cirque en pierre de l’Empire Austro-Hongrois.

D’origine lettone, Christoph de Bach, ex-élève de Peter Mahyeu, était né en 1768. Il fut à la tête de sa propre compagnie en 1802 à Stuggart puis, créa un cirque à Prague l’année suivante. Il s’était produit à Berlin en 1806 avec le danseur de corde Alexander Terzi. Christoph de Bach était marié avec Rosalie Masson qui était l’ex-épouse de Peter Price.

La Première du Circus Gymnasticus eut lieu le 6 juin 1808 à Vienne sous le règne de l’empereur d’Autriche François Ier (ex-empereur des romains sous le nom de François II). Ce cirque fut érigé par l’architecte Joseph Kornhäusel sur le Prater, l’ancienne réserve de chasse impériale qui avait été ouvert au public en 1766 par l’empereur Joseph II.

À l'Intérieur du Circus Gymnasticus

Intérieur du Circus Gymnasticus

Le bâtiment était construit en pierre, avec une charpente en bois et une coupole en verre et cuivre. La façade, encadrée de deux ailes, était composée d’une entrée principale avec une verrière au premier étage couronnée à son sommet d’un aigle impérial. La salle soutenue par quatorze colonnes, comprenait une piste, une estrade pour l’orchestre, une loge d’honneur pour les monarques, des places réservées pour la noblesse, et trois galeries. Ce cirque majestueux pouvait accueillir jusqu’à trois mille spectateurs. Derrière la gardine, se tenait les coulisses et les écuries.

Au Circus Gymnasticus, les représentations avaient lieu pendant six mois, avec le matin, des cours d’équitation. Après sa saison viennoise, Christoph de Bach voyageait dans l’Empire Austo-Hongrois, en Prusse ainsi que dans les autres états germaniques.

Christopher de Bach et les autres directeurs

Tourniaire - Circus Gymnasticus

Jacques Tourniaire

En mai 1822, Jacques Tourniaire, né en 1772, le fondateur de la célèbre dynastie, originaire de Grenoble, se produisit au Circus Gymnasticus. Il avait débuté dans la troupe d’Astley puis, dans celle de Franconi. Marié avec l’écuyère Philippine Rediger, il devint à son tour un dirigeant de premier ordre à partir de 1800 et se produisit dans les grandes villes allemandes, puis en Russie. Il retourna à Vienne en 1823.

Cette même année, d’autres directeurs vinrent à Vienne comme Johann Hinné, François Avrillon, Fouraux, Gärtner, Blondin, Brilloff ou Didier Gautier.

Johann Hinné - Circus Gymnasticus

Johann Hinné

Johann Hinné, un autre ex-élève de Peter Mahyeu, avait monté son cirque trois ans auparavant avec la famille de funambules Weitzmann. L’acrobate et jongleur à cheval François Avrillon était réputé pour son grand écart sur trois chevaux sans selle ni brides. Il devint célèbre ensuite à Bordeaux, Toulouse, Marseille et monta un cirque à Madrid. Jacques Fouraux, né en 1765 à Calais, le fils de Jean-Baptiste Fouraux, avait créé son cirque en 1805. Traugott Gärtner, fondateur d’une lignée renommée, était un directeur qui se sillonnait les états germaniques.

Didier Gautier voltigeur - Circus Gymnasticus

Didier Gautier

François Erasmus Blondin, ex-professeur d’équitation du roi de Prusse, avait dirigé une ménagerie puis, créé son Cirque Olympique, en 1919, avec lequel il parcourut les provinces allemandes et hollandaises. Rudolf Brilloff, initié à la voltige par Pierre Mayeu, faisait ses débuts en tant que directeur. Il s’était associé avec Didier Gautier, un ex-sous-officier de cavalerie, qui avait servi avec son frère, sous les ordres de Bernadotte en Suède, et qui, en 1811, s’était lancé sur les routes à la tête d’une compagnie équestre.

portrait de Christoph de Bach - Circus Gymnasticus

portrait de Christoph de Bach

Le père spirituel du Cirque autrichien

Christoph de Bach, continua de diriger le Circus Gymnasticus les années suivantes. Parmi les étoiles de sa troupe, se distinguait Alessandro Guerra, surnommé le furioso, un acrobate à cheval exceptionnel, qui devint son gendre. Ce dernier s’établit à son propre compte en 1826, et joua en concurrence avec son beau-père au manège du Rothen Haus. Cette même année, Juan Porté junior se produisit également à Vienne avec Antoine Bassin.

Alessandro Guerra - Circus Gymnasticus

Alessandro Guerra

D’autres directeurs étrangers présentèrent leurs spectacles, en alternance, comme les frères Franconi, en mars 1827, avec la pantomime L’éléphant du Roi de Siam dont la vedette était miss Jack d’Huguet de Massilia, puis Constant en 1829, Ludwig Desorme l’année suivante, Benoît Tourniaire, qui avait pris la succession de son père Jacques, Johann Peterka en 1833 et Heinrich Wolff en 1834.

Christoph de Bach, le père spirituel du Cirque autrichien, mourut le 12 avril 1834. Sa veuve Laura de Bach reprit alors la direction du cirque. Elle avait confié la régie à Louis Soullier qui fut un des précurseurs des groupes de chevaux présentés en liberté. En 1842, Laura de Bach se mariait avec Louis Soullier.

Après 1835, sous le nouveau règne de l’empereur Ferdinand Ier, Vienne accueillit d’autres cirques tels ceux d’Alessandro Guerra, Tourniaire, ou Jean Dupuis. La compagnie du français J. L . Dumos s’installa au Circus Gymnasticus en 1840. Trois ans plus tard, des directeurs comme Towen ou Beraneck furent également appréciés des Viennois.

Looping the loop

Paul Cuzent - Circus Gymnasticus

Paul Cuzent

À la tête de leur Cirque de Paris, Paul Cuzent et Jean Lejars, donnèrent, à leur tour, des représentations en 1845. Avec ses sœurs Antoinette, Amandine et Pauline, Paul Cuzent, écuyer à panneau et compositeur de musique, était un artiste hors pair. Antoinette, talentueuse écuyère, s’était marié avec le voltigeur à cheval Jean Lejars.

Ciniselli - Circus Gymnasticus

Ciniselli

Le Circus Gymnasticus annonça, en 1847, une attraction insolite : un wagonnet, piloté par Bourbon, lancé sur un rail, tournait un looping the loop. En décembre, le maître écuyer français François Baucher s’installa au Rothen Haus. Le directeur tchèque Beranek revint à Vienne en 1848 puis, Gaetano Ciniselli dirigea son National Circus en 1850. Né à Milan en 1815, Gaetano Ciniselli qui avait été initié à la haute école par le maître Baucher, était marié avec Mina Hinné, la fille de Johann Hinné. Il s’imposa par la suite tant à Berlin qu’à Moscou et Saint-Pétersbourg.

Circus Gymnasticus - dessin

Dessin du Circus Gymnasticus

Le Circus Gymnasticus ferma définitivement ses portes le 21 mai 1852 puis, fur démoli. Sous l’égide de la famille de Bach, ce momument du Prater fit la fierté des Viennois pendant quarante-quatre ans.

 

Dominique Denis

Sources

  • Circus Gymnasticus au Prater
  • Le Cirque en Autriche – Otto Christl – Le Cirque dans l’Univers – n° 51.
  • Circus-Archäologie – Hermann Saguemüller.
  • Das Busch vom Zirkus – Joseph Halperson.
  • La Merveilleuse Histoire du Cirque – Henry Thétard.
  • Circus in Wien – Robert Kaldy-Karo und Chirstoph Enzinger.
  • Der Zirkus De Bach im Prater – Hans Pemmer.
  • Le Grand Livre du Cirque – Monica J. Renevey.
  • Circus Gymnasticus – Dominique Jando – circopedia.
  • Die ehemaligen circus-gebäude in Wien – Christoph Enzinger – Circus archiv.
  • Christopher de Bach et et les autres directeurs
  • Les Jongleurs à Cheval – Dominique Denis.
  • Circus-Archäologie – Hermann Saguemüller.
  • Das Busch vom Zirkus – Joseph Halperson.
  • La Merveilleuse Histoire du Cirque – Henry Thétard.
  • Le père spirituel du Cirque autrichien
  • Circus-Archäologie – Hermann Saguemüller.
  • Das Busch vom Zirkus – Joseph Halperson.
  • Affiches Circus Gymnasticus – 1834 -1843.
  • Affiche Dumos – 1840.
  • La Merveilleuse Histoire du Cirque – Henry Thétard.
  • Looping the loop
  • Circus-Archäologie – Hermann Saguemüller.
  • Das Busch vom Zirkus – Joseph Halperson.
  • La Merveilleuse Histoire du Cirque – Henry Thétard.
  • Attractions sensationelles – Adrian.
  • Circus Hinné.
  • Affiche Ciniselli – 1851.
  • Circus Gymnasticus – Dominique Jando – circopedia.
  • Die ehemaligen circus-gebäude in Wien – Christoph Enzinger – Circus archiv.

À lire

  • Circus in Wien – Robert Kaldy-Karo und Chirstoph Enzinger – Sutton Verlag – Erfurt – 2010.
  • Der Zirkus De Bach im Prater – Hans Pemmer – IGCH – 1961.
  • Das Busch vom Zirkus – Joseph Halperson – Zentralantiquariat der DDR – Leipzig – 1990.
  • La Merveilleuse Histoire du Cirque – Henry Thétard – Prisma – Paris – 1947.
  • Le Grand Livre du Cirque – Monica J. Renevey – Edito-Service – Genève – 1977.
  • Architectures du Cirque – Des origines à nos jours – Christian Dupavillon – Editions du Moniteur – Paris – 1982.