Sélectionner une page
Amédée Ringenbach créa en 1935 le Cirque des Alliés qui deviendra le Cirque National, de 1940 à 1957.
Cirque National - Amédée Ringenbach - les éléphants

Les éléphants indiens – Cirque National – Amédée Ringenbach

Le Cirque National – direction Amédée Ringenbach
par Patrick Prévost
Cirque des Alliés - Amédée Ringenbach - les Arizona

Cirque des Alliés – Les Arizona

En premier, le Cirque des Alliés

Le Cirque National, dirigé par Amédée Ringenbach et son épouse Yolande (née Sturla) a tourné en France de 1940 à 1957. Mais, il existait en réalité depuis 1935 puisqu’il s’appelait à l’origine : Cirque des Alliés. C’est l’occupation allemande qui obligea le cirque à changer de nom en fin mai, début  juin 1940 alors que le chapiteau était planté à Vannes.

Etablissement de moyenne importance, le Cirque des Alliés a vu les débuts en piste, en tant que trapéziste, d’Arlette Gruss, tandis que son père Alexis senior et son oncle André présentaient un numéro équestre. Amédée Ringenbach, quant à lui, n’était pas un enfant de la balle. Né à Lyon le 9 février 1891, il fut d’abord mécanicien ajusteur aux usines Renault et pratiquait en amateur la gymnastique, ce qui l’amena à monter avec un ami un numéro de main à main. En 1920, le duo fut sollicité par Jules Glassner pour effectuer un remplacement au Cirque Bureau. Puis, son partenaire ne souhaitant pas continuer la vie d’artiste de cirque, Amédée resta au Cirque Bureau en tant qu’avant-courrier. Rencontrant sous le chapiteau Yolande Sturla (née Ricono), il l’épouse en 1933 et décide de monter son propre chapiteau avec l’aide de ses beaux-parents et de deux oncles et cousins de sa femme : Alexandre et Alphonse Ricono, et Alexis et André Gruss. Projet qui voit le jour en 1935.

Annonce presse du Cirque des alliés à Rennes - Amédée Ringenbach

Annonce presse du Cirque des Alliés

Le Cirque des Alliés était un deux mâts de 36 mètres de long dont Alphonse Ricono assurait la co-direction, Amédée conservant en parallèle ses activités d’avant-courrier chez Bureau jusqu’en 1938.

Entreposant son matériel au Cirque de Rouen, le Cirque des Alliés tourne essentiellement dans l’Ouest de la France, les artistes se produisant également dans des cirques stables à Paris et en province durant l’hivernage. On peut y applaudir notamment le numéro de jockeys des deux frères Ricono et leurs cousins Gruss. Alphonse et Alexandre (Alfonso et Sandro) et André (Dédé) interviennent également comme clowns et Alexis présente le dressage du cheval Béguin tandis que la jeune Arlette évolue au trapèze. Acrobates, illusionnistes et jongleurs sont aussi au programme ainsi que l’orchestre.

Le Cirque National direction Amédée Ringenbach
Façade du Cirque National - Amédée Ringenbach

Façade du Cirque National

Devenu Cirque National, le chapiteau de Monsieur et Madame Amédée reprend la route en Bretagne puis installe ses quartiers d’hiver à Vierzon.

Dans un contexte difficile, (convois tirés par des camions à gazogène), les tournées reprennent lentement en 1941, puis plus fortement en 1942 et 1943 (une centaine de villes chaque année). Elles s’arrêtent 1944 (après 12 villes visitées). Les deux frères Gruss en 1943 sont partis pour fonder leur propre cirque avec Lucien Jeannet. 

Sous le chapiteau - Amédée Ringenbach

Sous le chapiteau

Dès 1945, le Cirque National sillonne la France du nord au sud de fin mars à la mi-octobre. Les années suivantes et au cours des années 50, le chapiteau parcourt tout l’hexagone et fait également des incursions au Luxembourg, visitant environ 200 villes par an.

Les enfants d’Amédée, Janine (née en 1933), Anna (née en 1937) et Albert (né en 1941) intègrent progressivement la troupe tandis que des numéros engagés viennent renforcer le programme. En 1947, une attraction supplémentaire est proposée avec la présence du populaire Charles Rigoulot.

Affiche de Charles Rigoulot - Amédée Ringenbach

Affiche de Charles Rigoulot

Dans les années suivantes on pourra également applaudir la cavalerie d’André Rancy et les fauves de son épouse Sarah Caryth, les dompteurs Stevenson et Beneweiss, le clown Fessi et sa ménagerie comique, Miss Antonia, la femme canon, les magiciens Yanko et Mireldo (sous le nom de professeur Eryckson), etc. Le mari de Janine Ringenbach, Jacky Taggiano crée avec son frère Jacky (marié à Juliette Mazzoni) la fameuse troupe d’acrobates cyclistes des Ballan.

Eryckson (Mireldo) - Amédée Ringenbach

Eryckson (Mireldo) au Cirque National

On inaugure en 1953 un nouveau chapiteau de trente quatre mètres sur vingt huit. Les camions sont couverts d’une peinture dont la couleur se situe entre l’aluminium et l’argent. Les lettres sont bleues à lignes blanches. La ménagerie est étoffée avec l’appoint des Bouglione.

En 1957, Monsieur Amédée arrêtera son cirque et louera son matériel à des stations de radio et à d’autres enseignes (notamment l’Américano Circus Espagnol). Il avait créé une véritable dynastie de cirque et ses enfants et ses petits enfants allaient continuer à s’illustrer sous différents chapiteaux à travers le monde. Sa fille Anna s’est mariée avec Sampion Bouglione IIIAmédée Ringenbach décèdera à Vierzon le 7 mai 1973 à l’âge de 82 ans. Une place de cette ville porte le nom de Cirque National de Monsieur Amédée. Son fils Albert utlisera en 1964 le chapiteau familial pour créer le premier cabaret dansant itinérant de France.

Affiche des cyclistes au Cirque NationalAmédée Ringenbach

Affiche du Cirque National

En 2006, il reviendra à Vierzon avec son épouse Bella née Gruss (elle décédera le 26 janvier 2012 à Vierzon) et leurs enfants pour y fonder le National Palace, cabaret music-hall, installé dans les anciens entrepôts du Cirque National.

Patrick Prévost

Adaptation de l’article Le Cirque des Alliés par Patrick Prévost paru dans Le Cirque dans l’Univers n°246 et Le Cirque National par Patrick Prévost dans le Le Cirque dans l’Univers n°247.

À lire 

Sur les chemins des grands cirques voyageurs –  Adrian – Bourg-la-Reine – 1959.