Sélectionner une page

Andrew Ducrow, la gloire du Cirque

Andrew Ducrow, durant la première partie du XIXème siècle, marqua de son empreinte l’acrobatie équestre avec ses poses plastiques et la création de la Poste à cheval.
Andrew Ducrow interprétant God of Fame

Andrew Ducrow – God of Fame

Artiste exceptionnel, né le 10 octobre 1793, Andrew Ducrow apprit dès son plus jeune âge, la danse classique, les équilibres sur corde et la voltige équestre. Son père Peter Ducrow, originaire de Bruges dans les Flandres était un artiste connu sous le nom de l’Hercule Flamand. Son travail ne se limitait pas aux exercices de force, puis qu’il savait sauter, jongler, voltiger à cheval, marcher sur un fil, jouer la comédie et imiter le chant des oiseaux. Il se produisit dans de nombreux cirques en Grande Bretagne comme ceux dirigés par George Jones et William Parker. Avec son épouse Margaret il eut plusieurs enfants dont Andrew.

Affiche de Ducrow Senior - Andrew Ducrow

Affiche de Ducrow Senior

Dès l’âge de quatre ans, au Théâtre Royal San Carlos de Lisbonne le 25 octobre 1797, Andrew entra en piste et amusa les spectateurs avec une parodie d’un Hercule. La famille Ducrow retourna ensuite en Angleterre pour se produire au Royal Circus dirigé par Jones puis, dans la troupe de Benjamin Handy. Une affiche de l’Olympic Circus, datée du 30 mai 1799, annonçait une représentation au bénéfice de Peter Ducrow avec comme petit partenaire The Infant Hercules. Outre l’enseignement des principales disciplines de cirque par son père, Andrew apprit la danse classique avec le maître de ballet D’Egville de l’Opéra de Paris et de Londres, la danse de corde avec Jack Richer, et la voltige équestre avec J. Collett. Avec son frère John, Andrew participait aux numéros de Peter Ducrow. Andrew était à l’affiche du Cirque de Manchester le 13 octobre 1806, en tant que voltigeur à cheval, équilibriste et acrobate sur échelle. Par la suite, Andrew fut régulièrement annoncé dans les programmes comme écuyer et danseur de corde, sans compter sa participation dans les nombreuses pantomimes. Avec sa famille, il fit partie de la troupe d’Astley les années suivantes puis de celle de William Davis. Dans ses compositions équestres, il interpréta la scène des gilets – un classique du genre – et celle du marin ivre qui tentait de résister au vent et à la tempête. À la fin de ce numéro, il dansait la gigue des nations, tout en changeant de costumes représentant des pays différents.

Andrew Ducrow - Le gladiateur

Andrew Ducrow dans Le gladiateur

Après le décès de son père en janvier 1815, Andrew Ducrow devint le chef de famille. L’année suivante, il se rendit célèbre avec son numéro de pose plastique à cheval intitulée Le gladiateur au Cirque Astley, alors sous la direction de John Astley, Davis et Parker. Andrew se maria avec Margaret Griffith, en 1818.

À partir de 1817, Andrew Ducrow se produisit en France, d’abord à Paris au Cirque Olympique des Franconi. Il s’associa avec Blondin en Belgique et aux Pays-Bas, puis avec Lalanne avec qui il entreprit des tournées en France, en Suisse, en Italie et Espagne. Andrew Ducrow se distingua par ses créations comme Le bouquet de l’amour, Le cuirassier français, La mort d’Othello, Le chasseur indien, Le retour du matelot, Le carnaval de Venise et même des scènes comiques comme Le cocher de diligence ou La grand maman à cheval.

John Ducrow et ses poneys - Andrew Ducrow

John Ducrow et ses poneys

Andrew Ducrow retourna en Angleterre fin 1823 et l’année suivante prit la direction du Cirque Astley. Il y monta des spectacles à grande mise en scène comme The Battle of Waterloo, St George and the Dragon ou Mazeppa. Il engagea John Esdaile Widdicomb comme maître de manège et des clowns comme Dicky Usher et Bell. Par la suite, son frère John se rendit populaire avec la scène comique du souper des deux poneys Darby et Joan. Andrew Ducrow fit sensation avec son cheval dansant Pegasus. Pour sa grâce et son agilité, l’écuyère et danseuse de corde Louisa Woolford devint la vedette de la compagnie. En plus de ses représentations londoniennes, Ducrow organisa des tournées dans les plus grandes villes du royaume.

Le courrier de Saint-Petersbourg - Andrew Ducrow

Le courrier de Saint-Petersbourg par Andrew Ducrow

Andrew Ducrow créa le 19 mars 1827, à Manchester, le numéro de la Poste, intitulé Le Courrier de Saint Petersbourg. Ce fut une révélation ! Il commença d’abord avec quatre, puis cinq et enfin avec neuf chevaux. Cet exploit fut repris par de nombreux écuyers et devint un classique des arts de la Piste.

Il renouvelait ses spectacles en permanence. Ses écuyers étaient renommés comme Polaski, réputé pour ses sauts d’obstacle, et d’autres aussi prestigieux comme Pablo Fanque, Powel, ou Clarke.  Il introduisit des présentations d’animaux, comme en 1828, un pachyderme de la ménagerie Cross, En 1831 l’éléphante mademoiselle Djeck d’Huguet de Massilia, en 1832, quatre zèbres, un taureau, une tigresse et un lion de la ménagerie Atkins. L’année précédente, la vedette de son spectacle avait été le dompteur Henri Martin la célébrité du Cirque Olympique de Paris.

Affiche du Cirque Astley en 1836 - Andrew Ducrow

Affiche du Cirque Astley en 1836

Ducrow engagea de nombreux artistes comme en 1836, le danseur de corde Joseph Plège, l’écuyère Caroline Loyo ou la troupe de sauteurs arabes Les Bédouins. Il accueillit, en 1838, le dompteur américain Isaac Van Amburgh, et deux ans plus tard, le fameux Carter.

Après le décès de Margaret sa première épouse en janvier 1837, Andrew Ducrow s’était remarié avec Louisa Woolford en juin de l’année suivante.Le 8 juin 1841 un incendie ravageait entièrement l’amphithéâtre d’Astley. Ducrow reprit cependant ses représentations au Sadler’s Wells Theatre, au mois de juillet. Le mois suivant, il fit une dépression nerveuse. Son épouse dirigea alors la troupe. Après une attaque de paralysie, Andrew Ducrow mourut le 27 janvier 1842.

Artiste hors pair, créateur de numéros équestres, Andrew Ducrow fut une star du Cirque en Europe, et un directeur entreprenant qui régna durant dix-sept ans sur le Cirque Astley au Royaume-Uni.

Dominique Denis

Andrew Ducrow - gravure de L'Indien

Andrew Ducrow – L’Indien

Sources
  • Les Jongleurs à cheval – Dominique Denis.
  • Dictionnaire du Cirque – Dominique Denis.
  • Dossiers chronologiques de l’auteur.
  • The Life and Art of Andrew Ducrow – A. H. Saxon.
  • Le grand livre du Cirque – Monica J. Renevey.
  • La carrière française d’Andrew Ducrow – A. H. Saxon – Le Cirque dans l’Univers – n ° 89.
  • L’incendie de l’amphithéâtre d’Astley – A. H. Saxon – Le Cirque dans l’Univers – n ° 100.
  • La vie et l’art d’Andrew Ducrow – A. H. Saxon – Le Cirque dans l’Univers – n ° 110.
  • Cirques en bois, cirques en pierre – Charles Degeldère et Dominique Denis.
  • La merveilleuse histoire du Cirque – Henry Thétard.
À lire :
  • Les Jongleurs à cheval – Dominique Denis – Arts des 2 Mondes – Paris – 2009
  • The Life and Art of Andrew Ducrow & the romantic age of the english circus – A. H. Saxon – Archon Books – Hamden – 1978.