Sélectionner une page
Hommage à Pinito del Oro, la reine du trapèze Washington, et aux aristocrates de l’équilibre aérien.
Pinito del Oro à Medrano - Pierre J. Dannés

Pinito del Oro à Medrano – photo Pierre J. Dannès

L’honneur du Cirque
Pinito del Oro au final de Medrano - Pierre J. Dannés

Pinito del Oro au final de Medrano – photo Pierre J. Dannès

Lorsque Pinito del Oro fut annoncée en tête d’affiche à Medrano, en novembre 1957, elle était au sommet de sa gloire. Le chroniqueur Marc Blanquet écrivit :

« … Pinito del Oro est une merveilleuse artiste, de la race des Barbette, des Codona, des Rose Gold, et qui, comme eux, honore le Cirque… »

Dans le journal Combat, François des Aulnoyes notait :

« … Pinito del Oro fut vedette chez Barnum pendant cinq années et sur la piste centrale. Le style de Pinito del Oro emprunte donc au cirque américain son goût du suspense. Elle cherche avant tout le danger et fait frémir le spectateur, non point en se livrant à des exercices difficiles au trapèze, mais en présentant des équilibres sur barre plate. Elle imprime à son appareil un mouvement giratoire ou un mouvement de balançoire et prend alors des attitudes gracieuses, et sans appui. Elle ne tient pas les cordes et court indiscutablement de grands risques.

Ce n’est pas un numéro athlétique, c’est une présentation chorégraphique dans les cintres. Cela est dans la tradition du Cirque et s’appelle le trapèze à la Washington, du nom du premier exécutant… »

Vue par Pierre Robert Levy

Dans Scènes et Pistes, Pierre Robert Levy, quant à lui, donnait des détails sur son travail :

« … Pinito remet à chaque instant son équilibre en jeu. Travaillant très souvent sur la pointe des pieds, elle donne le magnifique spectacle d’un corps où chaque mouvement en compense harmonieusement un autre. D’un élan de reins, elle fait pivoter son trapèze, de droite à gauche, puis lui imprime une rotation complète, corps incliné, genoux fléchis. D’avant en arrière, à toute allure, elle corrige son équilibre d’une simple ondulation de bras. Frémissante et tendue, elle est à ce moment étonnamment belle. Puis tout à fait à l’aise, elle évolue en long sur la barre, pirouettant à chaque extrémité ou la lançant sur un plan latéral. Elle s’agenouille, se relève et reprend le ballant, mains aux hanches, dressée sur un seul pied. Pinito termine par un équilibre de tête… »

Mine Ha Ha

Pinito del Oro à Barcelone - affiche

Pinito del Oro à Barcelone

Maria Cristina del Pino Segura Gomez, née le 6 novembre 1931 à Guanarteme, un quartier de Las Palmas, était l’aînée d’une famille nombreuse. Sa mère eut 19 enfants dont la seulement la moitié survécut.

Ses parents parcouraient les routes ibériques avec un cirque modeste réduit à sa plus simple expression. Elle débuta en tant que fildefériste, à l’âge de 9 ans. Trois ans plus tard, elle montait pour la première fois sur un trapèze. Pau avant ses débuts, elle eut la douleur de perdre sa mère. Surmontant son chagrin, elle tint cependant à affronter tous les dangers, et se lança courageusement dans les airs. Quelque temps plus tard, elle fut une chute à Huelva, et aussitôt remise, remonta sur son agrès. En représentation au Circo Diaz à Valencia, elle fut remarquée par la direction de Ringling qui l’engagea immédiatement. Il intéressant de remarquer que ce n’est pas la première fois que plus d’une star de cirque sont issues de ces petits établissements travaillant en palc ou sous de modestes toiles.

Pinito Del Oro débuta à New York, au Madison Square Garden, en avril 1950, continua la tournée avec le chapiteau Ringling, puis se produisit avec ce même cirque à la Havane les fêtes de Noël. Elle présenta son numéro, en vedette, sur la piste centrale pendant cinq saisons. Elle fit un petit crochet l’hiver 1952 à l’Harringay Circus de Londres puis retourna aux U.S.A. au cirque Orrin Davenport. En 1953, elle était entourée d’un bataillon de 60 girls costumées en indienne dans un ballet aérien intitulée Mine Ha Ha. Elle participa au tournage du film Sous le plus grand chapiteau du monde, et fut l’invitée du célèbre Ed Sullivan Show.

Cuentos de Circo

Après ses triomphes en Amérique du Nord, elle fut l’invitée en 1956, de Juan Carcelle au Circo Price de Madrid, puis au Coliseo de Lisbonne, au Festival de Barcelone organisé par Arturo Castilla ainsi qu’à Paris, à Medrano. Elle fut engagée pour la saison d’été 1957 au Cirque Scott en Suède. Le 29 avril, à Stockholm, elle tomba de son trapèze et eut le crâne fracturé. Malgré le pessimisme des médecins, elle reprit les répétitions et passa les fêtes de Noël à Berlin à la Deutsche Halle, après avoir participé à une télévision à Heilbronn. Elle fut appelée à nouveau en Amérique par le Clyde Beaty Circus en 1959 puis revint pour plusieurs saisons au Portugal et en Espagne, où elle fut fêtée et adulée par un public enthousiaste. Elle fut la reine des nombreux festivals dans toutes les plus grandes villes ibériques.

En tournée avec le chapiteau du Circo Price, dirigé par Feijoo et Castilla, le 21 août 1967, à Laredo, elle fut projetée hors de son trapèze et s’écrasa sur la piste. Il fut victime de plusieurs fractures aux mains et aux pieds. Quarante jours plus tard, elle marchait à nouveau. Pinito del Oro décida de se retirer et dona une représentation d’adieu à la Piste, au Circo Price de Madrid, le 17 avril 1970.

Pinito del Oro au Circo Price - affiche

Pinito del Oro au Circo Price

Elle eut deux enfants et deux maris. En 1972, elle monta un grand hôtel avec piscine à Aledo dans la province de Murcie. Elle avait écrit un recueil de nouvelles sur le thème du cirque, intitulé Cuentos de Circo. Elle décéda le 26 octobre 2017 à Palmas. Le célèbre chroniqueur espagnol Jorge Elias lui consacra un ouvrage : Pinito del Oro – Una vida en el trapecio.

Glissade mortelle

À la même époque, d’autres artistes pratiquèrent également l’art de l’équilibre au trapèze Washington. Si elles n’eurent pas la même notoriété que Pinito del Oro, elles eurent néanmoins le mérite de présenter cette discipline avec talent. Ainsi, Ketty Felston jonglait en équilibre sur son agrès à Medrano en décembre 1944, puis quelques années plus tard chez Bureau. Au Mexique, Natividad Esqueda, dite Magaly, la championne de sa spécialité, obtenait partout de gros succès.

couverture du livre : Les Reines du Trapèze par Claudia Vivaldi

Les Reines du Trapèze par Claudia Vivaldi

Galla Shawn, en équilibre de tête, jonglait avec des cerceaux. Elle avait participé au tournage du film Three Ring Circus et The Ring of Fear. Au Ringling Bros and Barnum & Bailey Circus en représentation à Paris, en 1963, elle tomba de son trapèze, mais fut rattrapée in extremis par son mari Manuel de Santos.

Carmen del Teide, apparentée avec Pinito del Oro, dont le travail évoquait celui de Eldy Ardelty, se produisit tant en Europe que dans les deux Amériques, notamment chez Ringling en 1960. En tournée en Hollande en 1955, Jane Cesar chez Franz Althoff-Strassburger, en équilibre de tête se balançait en grand ballant. Enfin, citons l’intrépide Jane Bremer rééditait l’exploit de Lucy avec la Glissade mortelle.

Claudia Vivaldi

 

i

Extrait de : Les Reines du Trapèze – Claudia Vivaldi  –  collection Dossier de l’Histoire – Arts des 2 Mondes – 2011.
Sources
  • L’honneur du Cirque
  • Dictionnaire illustré des mots et locutions du Cirque – Dominique Denis.
  • Au Cirque Medrano, Pinito del Oro – Marc Blanquet – novembre 1957.
  • A Medrano, Pinito del Oro – François des Aulnoyes – Combat – novembre 1957.
  • Vedette de Barnum à Paris – France Soir – novembre 1958.
  • L’acrobatie – P. R. Levy – Scènes et Pistes – n° 53-54.
  • Mine Ha Ha
  • Pinito del Oro – Una vida en el trapecio – Jorge Elias.
  • Cen anos de Circo en Espana – José M. Armero & Ramon Pernas.
  • Arturo Castilla – que sonaba circus – Carlos Bacigalupe.
  • Programmes Ringling 1950 à 1955.
  • American Circus – John & Alice Durant.
  • Cuentos de Circo
  • Arturo Castilla – que sonaba circus – Carlos Bacigalupe.
  • Stockholm – Scènes et Pistes – n° 49.
  • Pinito del Oro – Una vida en el trapecio – Jorge Elias.
  • Notes Dominique Denis.
  • Glissade mortelle
  • Bureau – Direction Jules Glasner – Alain Simonet.
  • La fabulosa historia del circo en México – Julio R. Cardenas.
  • Il a sauvé sa femme – France Soir – 1963.
  • Die Unternehmen der Geschwister Althoff – Henk van den Berg & Guido Ross.
  • Jane Bremer – Annonce Echo.
Vidéo

À LIRE

Pinito del Oro – Una vida en el trapecio – Jorge Elias.