Sélectionner une page
Femmes et hommes projectiles : Artistes catapultés dans les airs par un canon propulseur et qui se reçoivent dans un filet ou un matelas pneumatique tendus à plusieurs mètres de distance.
Lulu - the human meteor - hommes projectiles

Lulu – the human meteor

Femmes et hommes projectiles : les débuts
Mayol au Cirque d'Hiver - hommes projectiles

Mayol au Cirque d’Hiver

Cette attraction périlleuse, appelée aussi l’homme obus, l’homme fusée, (en anglais human cannonball), est inspirée de la catapulte créée par G. A. Farini en 1873 au Niblo Garden de New York. Il avait déposé le brevet de son invention le 13 juin 1871. Miss Lulu – qui en réalité était un homme travesti – fut le premier artiste à se faire catapulter par un canon. Annoncée comme the human meteor, il fut la vedette, en 1875 du Howes & Cushing Circus.

À Paris, au Cirque d’Hiver, en novembre 1875, Emilio Onra de la troupe Mayol, entrait dans le fût d’un mortier et se faisait propulser dans les airs jusqu’à la barre d‘un trapèze. Hélas, dès la deuxième représentation, l’artiste manqua son agrès, tomba mal dans le filet, et fut gravement blessé.

La première femme projectile célèbre fut Rosa M. Richter, dite Zazel (1815-1919), qui se produisit à Londres, en 1877, au Royal Aquarium, dirigé par Farini, puis à Paris à l’Hippodrome de l’Alma, en juillet 1878. Elle fut à l’affiche du Barnum & Bailey Circus en tournée à Londres en 1880.

Zazel - femmes et hommes projectiles

Zazel the champion of the world

Zazel et compagnie

Par la suite, de nombreuses acrobates reprirent le nom de Zazel pour présenter cet exploit, notamment au Shelby, Pullman & Hamilton Circus.

D’autres gymnastes effectuèrent de grands sauts dans l’espace comme madame Tuila, Harry Carey ou Lizzie Davene qui, en 1882, tomba sur la tête dans le filet et mourut quelques jours plus tard.

La création de l’homme projectile fut également revendiquée par William Leonard Hunt, qui fit breveter son canon, en Angleterre, le 22 avril 1879, soit six ans après les évolutions de Lulu.

Georges Loyal - homme projectiles

Georges Loyal

À New York, Georges Loyal était annoncé au Court Street Theatre en novembre 1879. Arrivé au sommet de sa trajectoire, il se faisait rattraper par un porteur suspendu à un trapèze. L’année suivante, il était engagé au Great Forepaugh Show. Il partageait le haut de l’affiche avec Ella Zuila. 

Le Cirque d’Eté, à Paris, annonça en 1887 la femme mélinite, en référence à la découverte du nouvel explosif découvert par Eugène Turpin. Enfin aux Etats-Unis, Barnum & Bailey, lors de ses saisons 1896 et 1897, présenta une variante du numéro avec Alar qui se faisait propulsé par une arbalète géante.

Leinert - hommes projectiles

Leinert au Cirque Bertram Mills

Femmes et hommes projectiles : en Europe et en Amérique

Après la première guerre mondiale, Paul Leinert et ses fils Karl et Erich, devinrent des hommes projectiles renommés. Ils furent programmés à Londres au Cirque Bertram Mills en 1927 et 1929. De son côté, Karl présenta son attraction au Japon en 1931, puis mourut d’une crise cardiaque. Toujours dans ce pays, Martin Brado-Leinert s’était brisé le cou en février 1933.

À la même époque, plusieurs artistes présentèrent ce numéro comme Weldanos, Karl Koppelkam, dit Rocket qui s’est tué à Budapest, et le fameux casse-cou Cliff Aeros, entre 1926 et 1929. En France, Victoria Alexime acquit une certaine notoriété dans ce numéro de casse-cou au Cirque Bureau en 1928 et Rixword au Cirque Pinder, l’année suivante.

Wilno au Cirque Hagenbeck-Wallace - hommes projectiles

Wilno au Cirque Hagenbeck-Wallace

The Great Wilno

Après avoir triomphé au Cirque Busch en Allemagne, Willi Wiedrich, dit The Great Wilno, fit carrière à partir de 1929 aux Etats-Unis et se produisit dans les plus grands cirques comme Hagenbeck-Wallace ou Johnny J. Jones. Il voltigea dans les airs pendant une vingtaine d’année puis passa le relais à Henry Duchone. Cette année, le 3 avril, Fred Jones Reid fut gravement blessé au Sells-Floto Circus. Fred Gregg présenta un numéro au Robbins Bros Circus lors de la saison 1930, avec plusieurs voltigeurs comme Waldyslaus Kruck, qui s’était tué le 29 septembre de l’année suivante à Oklahoma City.

Durant cette décennie, le public américain put apprécier également The Rocket Girl Bobby Jeanne ou Lillian La Brain. Bill Parent parut à l’Hagenbeck-Wallace Circus en 1937, et le capitaine Von Fendrick, avec un nouveau canon monté sur un camion Mack, en 1938.

Femmes et hommes projectiles : Zacchini une famille en or
Hugo Zacchini - hommes projectiles

Hugo Zacchini

L’artiste italien Ildebrando Zacchini (1868-1948) construisit son premier canon en 1922 et se produisit au Caire. Il était le père de neuf enfants : Edmondo, Hugo, Bruno, Vittorio, Mario, Jolanda, Emmanuele et Teobald

Hugo Zacchini (1898-1975), le frère de Edmondo (1894-1881), que les Parisiens purent applaudir au Cirque d’Hiver en juin 1927, fut engagé chez Ringling en 1929.

Définitivement installé dans le Nouveau monde, Hugo initia toute sa famille à cette discipline. Avec son frère Vittorio, il mit au point un nouvel exploit avec deux voltigeurs catapultés par deux canons se faisant face.

Les enfants d’Edmondo dit Papa Zacchini, Edmund, Hugo II (1928-2016), René, Duina et Victoria continuèrent avec succès l’œuvre paternelle. Ils étaient toujours en activité en 1975. De même, la famille de Mario (qui se blessa à la foire de New York en 1940) composée de Yvonne, Mario junior et Tyrone, voltigea dans l’espace. En 1940, Emmanuele Zacchini (1909-1993) battit son propre record de distance en parcourant une trajectoire de 44 mètres à la vitesse de 73 km/heure. Il se blessa en 1951 et cessa ses vols planés. Il inventa, en 1961, un canon à deux places pour deux voltigeurs, appelé le X 15, qui fut utilisé l’année suivante par Emmanuel junior et Marsha Upton.

Femmes et hommes projectiles : des célébrités
Les Raluy au Cirque d'Hiver - hommes projectiles

Les Raluy au Cirque d’Hiver – photo Gendre

A Buffalo, au Hamid-Morton Shrine Circus, Anton Barker se blessa le 29 mars 1937. Les années suivantes, toujours aux Etas-Unis, le public put apprécier également les exploits du capitaine Mars, Rudy et Alfred Kuechenberg sur un canon fabriqué par Harry E. Pollak.

Le public américain fut particulièrement friand des numéros d’hommes projectiles et, durant la période de la seconde guerre mondiale, applaudirent de nombreux artistes audacieux parmi lesquels se distinguèrent Gregg, Grady Littlejohn, Bill Johnny Hawkins, Luckey Duane, Jacobs, Joe Hatfield, Richard Padget (sous le nom de Harry Pollak Jr.) Chuck Beeler, Buster Gordon

Florence Allen, en 1940, se fit remarquer avec une variante spectaculaire : elle se faisait propulser par un canon suspendu à un ballon, et terminait sa course en parachute.

Pendant ce temps, en Espagne, le gymnaste aux barres fixes Lluis Raluy Iglesias (1911-1984) construisait son premier canon. Il se produisit dans les plus grands cirques espagnols, et malgré une blessure grave en se réceptionnant mal dans le filet, il fabriqua d’autres engins. Raluy fut la vedette du Cirque Franz Althoff, Bouglione, du Cirque d’Hiver (avec sa fille Juanita dans un impressionnant double saut), Moira Orfei, Amar, et Chipperfields en tournée en Afrique du Sud. Lluis Raluy créa en 1973 son propre cirque au Portugal.

Miss Corina au Circo Espagnol - hommes projectiles

Miss Corina au Circo Espagnol

Léoni

En Europe, Léoni et son frère Frantz furent des hommes projectiles de renommée internationale. Moritz Buhlmann présenta en 1949 au Cirque Amar, en tournée en Afrique du Nord,  une attraction appelé l’homme fusée, avec un cylindre posé sur une rampe de lancement. L’année suivante, Tzaut, l’homme V2, se tua en exécutant le même exercice. Maurice Marchand ou Clem-Jonsson, compliquèrent le numéro en traversant un mur de flammes. Jovin, quant à lui, au cours de sa trajectoire, passait au travers d’un cerceau enflammé tenu par un partenaire sur un trapèze. Il y eut encore Miss Atomica qui se faisait appeler la balle humaine, Miss Corina, et Miss Curtis, dénommée mademoiselle obus.

Aux Etas-Unis, Igor Romero, sous le nom de capitaine Sputnik, présentait cette attraction en 1960, au Cirque Hamid-Morton. Au cirque américain Cristiani, en 1958 et 1959, Luis Munoz parcourut les airs sous le nom du capitaine Astronaut. Il passa ensuite chez Clyde Beaty, puis au Circo Osorio au Mexique, où son voltigeur se tua. Munoz retourna en Europe avec un nouveau canon Apollo X-15. Après son décès, son fils Chris reprit le numéro. Il fut de la tournée au Royaume-Uni du Gerry Cottle Circus en 1977. Un autre Munoz, Enrique Munoz Papadopoulo (1957-2018), qui avait fait ses classes avec les Zacchini, entreprit une belle carrière d’homme projectile sous le nom de Captain Taylor. À partir de 2001, Il sillonna l’Europe dans de nombreux cirques. Une de ses filles Nuria se maria avec Jody Belluci qui reprit le numéro.

Femmes et hommes projectiles : une attraction indémodable
Antonio & Mendoza au Cirque Amar - hommes projectiles

Antonio & Mendoza au Cirque Amar – carte postale

Un professeur de mathématiques, David M. Smith, de Salem (Oregon), après s’être reconverti dans le trapèze volant, construisit,  en 1975, un canon d’un type nouveau. Durant plusieurs décennies, Il se produisit en Amérique assisté de ses enfants David junior, Jennifer, Rebecca et Stephanie. Avec quelque 8.000 tirs à son actif, David junior collectionne les records de saut en longueur des hommes projectiles, comme en Italie, à Milan, en mars 2011, ou à Tampa, le 13 mars 2018.

En Angleterre, Joe Weston-Webb construisit un canon en 1972 sur un châssis de camion et prit comme voltigeuse Mary Connors. En juin 1975, Mary Conners fit les choux gras du magazine People, lorsqu’au cours de son numéro, elle perdit son soutien-gorge. En France, chez Amar, en 1977, Antonio et Mendoza présentaient un double saut dans l’espace.

Elvin Bale - photo Archives Alain Frère - hommes projectiles

Elvin Bale – photo Archives Alain Frère

Elvin Bale

Issu d’une famille d’artistes britanniques, le fameux trapéziste Elvin Bale (né en 1945), est devenu célèbre avec son numéro de trapèze en grand ballant. Au Festival International du Cirque de Monte-Carlo en 1976, il fut récompensé par un Clown d’Or, la récompense suprême. Au Ringling Bros and Barnum & Bailey Circus, il se spécialisa ensuite dans les numéros de casse-cou comme la Roue de l’espace, le Monstre Mécanique, la moto sur le câble, et enfin à partir de 1978, il devint the Human Space Shuttle. Au Cirque Chipperfields à Hong Kong, le 8 juin 1987, ce fut l’accident, et il fut paralysé des deux jambes. Depuis, Elvin Bale, est devenu producteur d’attractions périlleuses avec dans son catalogue la femme projectile Tetyana.

Affiche Audace au Cirque d'Hiver Bouglione - hommes projectiles

Affiche Audace au Cirque d’Hiver Bouglione

Au Royaume-Uni, Gerry Cottle mit à l’affiche en 1990 le captain Apollo, tandis que l’annéesuivante en Amérique, Jon Weiss et Philip Peters étaient propulsés dans les airs lors du final du spectacle du Ringling Bros and Barnum & Bailey Circus. Lors de la 128ème édition de ce cirque Vesta Gueshkova continua, avec audace, la grande tradition de la femme projectile. Depuis, d’autres artistes ont pris la relève, comme Robin Valencia, à Paris, au Cirque d’Hiver Bouglione, en 2007.

Il y eut hélas encore des accidents. En Angleterre, en avril 2011, dans le Kent, au Scott May’s Daredevile Stunt Show, Matt Cranch se tua accidentellement. Il était âgé de 24 ans. Malgré un danger réel, depuis un siècle et demi, les numéros de femmes ou hommes projectiles restent une attraction indémodable.

Dominique Denis
Femmes et hommes projectiles : Sources
  • Dictionnaire du Cirque – Dominique Denis.
  • Encyclopédie du Cirque – Dominique Denis.
  • A. A. – G. Strehly – p 191.
  • Le Cirque Français – n° 74.
  • A. S. – Adrian – p 71-73.
  • Le Cirque dans l’Univers – n° 68-123-189.
  • 200 years of the american circus – T. Ogden – p 381.
  • M. M. – M. Dif – p 244.
  • Mechanical Thrillers – G. L. Chindahl – White Top – septembre 1955.
  • Cirque Parade – Adrian – p 168-169.
  • Les Zacchini – J. Kohler – Music-Hall & Circus.
  • Le Monde du Cirque – n° 3 – p 18.
  • Das Organ – mai 1975.
  • People – 30 juin 1975
  • 200 years of the american circus – T. Ogden – p 205.
  • Human Cannonballs – Fred D. Pfening Jr – Bandwagon – novembre 1976.
  • Mario Zacchini – the New York times – 3/02/1999.
  • Hugo Zacchini – Tampa bay times – 39/03/2018.
  • 100 anys de Circ – la familia Raluy.
  • Henri Munoz – C. Hamel – Le Cirque dans l’Univers – n° 268.
  • Bertram Mills – David Jamieson.
  • Chipperfields Circus – David Jamieson.
  • A World of Circus – Andrew Payne.
  • Human cannonball Matt Cranch – BBC News – 20/01/2015.
À lire

Attractions Sensationnelles – Adrian – 1962.