Sélectionner une page

Le cavalier Alessandro Guerra, surnommé Il Forioso, dirigea, entre 1825 et 1855, plusieurs cirques prestigieux à Vienne, Prague, Saint-Pétersbourg, Stockholm, Berlin, Munich, Milan et Turin.

Alessandro Guerra,voltigeur équestre

A. Guerra - pose équestre
Alessandro Guerra – pose martiale

Surnommé Il Forioso, le voltigeur équestre Alessandro Guerra fit sensation en 1825 au cirque de Christoph de Bach, à Franckfort. 

Selon l’historien Antonio Giarola, Alessandro Guerra serait né, non pas en 1790 à Rome, comme l’avait écrit Joseph Halperson et, à sa suite, de nombreux auteurs, mais en 1782 à Rimini. De même, il ne serait pas mort en Espagne en 1856, mais à Bologne, le 5 juillet 1862. Cet auteur, qui cite ses sources, se réfère à une plaque funéraire du Certosa di Bologna.

Ce fougueux cavalier brillait dans de nombreuses disciplines équestres. Comme Andrew Ducrow, il excellait dans les poses plastiques avec des personnages tel un sauvage ou un gladiateur. il présentait également les jeux romains. Un autre de ses exploits  favoris : debout sur sa monture, il jonglait avec une épée et un anneau, d’une main, tout en tenant la hampe d’un drapeau de l’autre. 

Circo de Cavali, Olympique, Romano…

Affiche en italien 1828
Affiche en italien de Alessandro Guerra- 1828

Après s’être marié, avec Adelaide, la fille de Christopher de Bach, Alessandro Guerra s’associa en 1826 avec le funambule Jean Ravel pour créer sa propre compagnie. Les débuts eurent lieu à Vienne avec la famile Kenebel. Deux ans plus tard, il voyagea dans les états italiens, notamment à Milan et Florence. son établissement s’appelait Gran Circo de Cavali

Après Konisberg en février 1835, Vienne l’accueillit à nouveau où il donna des représentations à la Rothen Haus. À l’automne, il partit pour Prague.

Sous l’enseigne de Cirque Olympique, guerra se produisit l’année suivante à Berlin, puis retourna dans la capitale autrichienne.

Les tournées, sous le nom de Circo Romano, reprirent en 1837 et 1838 à Milan, Florence, Bologne et Turin, puis les années suivantes à Vienne, avec une étape à Munich en 1844.

À Saint-Pétersbourg

A. Guerra - Portrait
Portrait de Alessandro Guerra

Attiré par la Sainte Russie, Alessandro Guerra se rendit à Saint-Pétersbourg. Avec sa troupe, et une cinquantaine de chevaux, Il s’installa dans un manège en bois. La première eut lieu le le 22 novembre 1845. Les airs de haute école du directeur, d’Ellen Kremzow et de Julius Hager séduisirent le public. Le reste de la troupe fut également acclamée comme Louise Letard qui dansait la zabadaudaRodolfo, le frère d’Allessandro, qui jouait de la flûte debout sur un un cheval…Du fameux acrobate comédien Ludovico Viool… des écuyers, Giuseppe Chiarini et Joseph Verdier, dans leurs poses plastiques et d’une équipe d’hardies cavalières. 

Ingatiguable voyageur, il donna des spectacles les années suivantes à Berlin, Cologne et Munich.

Au fil des ans, il engagea des grands noms de la piste comme Pauline Cuzent, Van Cattendisch, Victor Franconi et son épouse Virginie Kenebel, Gaetano Ciniselli, Wilhelm et Kaetchen Carré

Equitation savante

Homme de cheval, avant tout, Alessandro Guerra s’imposa dans l’équitation savante avec des montures de qualité qui eurent pour nom Hercule, Zéphyr, Belote ouMirza. Il faisait alors partie du cercle fermé des plus grands directeurs du cirque européen. Il était devenu l’ami de célèbre dramatuge Karl von Holtei, l’auteur du roman Die Vagabunden.

Comme c’était l’usage, ses spectacles se terminaient par des pantomimes. Les plus prisées furent Mazeppa, Le Bandit des Abruzzes et Les derniers jours de Pompéi.

Arrivé à Stockholm, il s’installa en juin 1849 cirque stable Mothanders. Avec régularité, il continua ses représentations tant à Berlin, Munich, Vienne, puis, en 1853, s’installa à Turin. 

Malheureusement, à Bordeaux, en 1855, Alessandro Guerra ne réussit pas à équilibre son budget et déposa son bilan. Il mit en vente ses inestimables chevaux d’école qui fut racheté par Louis Dejean. 

Le nom de Guerra

Le cerceau par Alessandro
Exercice équestre de Alessandro Guerra

Malgé ses déboires, Alessandro Guerra, qui s’était remarié avec Amalie Schier, tenta de remonter d’autres affaires… 

Après son décès, le nom de guerra continua de briller sur les pistes avec ses trois enfants Alessandro junior, Clotilde et Elisa. Son frère Rodolfo eut deux filles, Olga et Elvira. Cette dernière fut en tête d’affiche des plus grands établissements européens.

Pendant trente ans, Alessandro Guerra, avait dirigé de main de maître, plusieurs cirques dans les plus grandes villes européennnes de à Vienne à Saint-Pétersbourg. Homme de cheval complet, voltigeur et écuyer d’école, Il Forioso reste un grand nom de l’histoire du cirque.

Dominique Denis

Sources

  • Dictionnaire du Cirque – Dominique Denis.
  • Encyclopédie du Cirque – Dominique Denis.
  • Das Buch vom Zircus – Joseph Halperson.
  • La Merveilleuse Histoire du Cirque – Henry Thétard.
  • Les jongleurs à cheval – Dominique Denis.
  • Circus Gymnasticus – Dominique Denis – circus-parade.com
  • Allesandro Guerra – Antonio Giarola – CEDAC.
  • Storia del Circo – Alessandro Cervellati.
  • Von Fliegenden Menschen und Tanzenden Pferden – Gisela Winkler.
  • La Storia del Circo – Raffaele de Ritis.
  • Circus archeologie – Hermann Saguemüller.
  • Affiches – 1825 – 1828 – 1836 – 1837.
  • Il Forioso – Circo.it
  • L’Italiano che diffuse il circo in Europa – storico.org
  • Circus Archiv – Christoph Enziguer.
  • Cirques en bois, cirques en pierre – C. Degeldère & Dominique Denis.
  • Rusia first national circus – circopedia.
  • Von Fliegenden Menschen und Tanzenden Pferden – Gisela Winkler.