Sélectionner une page

Evocation des artistes qui, les premiers, ont tourné le triple saut périlleux au trapèze volant. Cet exploit, considéré longtemps comme exceptionnel, fait partie du répertoire classique des volants.

Un exploit mythique

le Triple des Codona - affiche
le Triple des Codona

Le Triple désigne le triple saut périlleux au trapèze volant. Cet exercice, qui faisait partie du répertoire des Codona, était devenu mythique et avait inspiré de nombreux romanciers et scénaristes de cinéma. 

Bon nombre d’amateurs de Cirque se remémorent le nom de voltigeurs célèbres qui ont réalisé cet exploit et ignorent le nom des porteurs.  Il s’agit là d’une grave lacune, car pour réussir ce triple saut, le rôle du porteur est aussi important que celui du voltigeur. Lorsque l’on parle de trapèze volant, il convient donc de mentionner, comme il se doit, le nom du porteur.

Les Jordan

Les Jordan - illustration
Les Jordan

Le premier Triple au trapèze volant fut tourné en 1897, en Australie, par Lena Jordan, une jeune fille de quinze ans, rattrapée par Lew Jordan, son père adoptif. 

En 1910, avec son frère Charles, Ernest Clark, de la troupe des Clarkonian, tournait régulièrement à chaque représentation ce fameux triple saut. 

Ernie Lane, En 1918, fut le troisième trapéziste à réussir ce triple avec son porteur Ed Ward. 

Le mexicain Alfredo Codona et son frère Lalo sont encore aujourd’hui considérés comme les trapézistes les plus célèbres de l’histoire du Cirque. Ils débutèrent leur numéro de trapèze volant, en 1912, au Cirque Wirth en Australie. Sept ans plus tard, Alfredo tournait le fameux triple, avec une aisance et une élégance exceptionnelles. 

Les Concello

Affiche des Concello - Archives Arlequin
Affiche des Concello

Antoinette Concello, et son mari Art, tournaient régulièrement le triple, chacun à leur tour, rattrapés par Ed Ward junior, en 1937. 

Entre les deux grandes guerres mondiales, d’autres voltigeurs réussirent cet exploit, tel Clayton Behee avec Lalo Codona comme porteur, Genesio Amadori avec son père Goffredo, Wayne Larey avec Bob Porter de la troupe des Flying Comets. 

Assez curieusement, entre 1938 et 1951, plus aucun volant ne présenta le Triple en public.

Un élève d’Art Concello, Fay Alexander, en 1952, tenta et réussit le Triple qu’il exécuta jusqu’en 1964. Il tourna ce saut avec, comme porteur, successivement Ed Ward junior, Bob Yerkes, puis Paul Mac Causland.

Une nouvelle génération

Tony Steele - annonce dans l'Echoppe
Tony Steele

Une nouvelle génération de voltigeurs allait à son tour s’attaquer à ce morceau de bravoure.

Tony Steele, qui tourna son premier Triple en 1955, avec Mike Malko comme porteur, puis avec Lee Stath, Billy Woods, puis Jacques Nicolet. 

Ce fut, en 1959, le tour de Roger Rodriguez de la troupe Marilee, avec Lee Stath. L’année suivante, Georges Lalo Palacio réussissait ce saut, avec son frère Raoul à la rattrape, puis avec Georges Golding

À partir des années 1960, l’exploit allait tenter d’innombrables trapézistes comme Reggie Armor des Flying Artons avec Bob Yerkes, puis Walter Paterson, Tito Gaonas avec son père, Vicente et Ignacio Ibarras avec leur frère Juan, ancien barriste célèbre, Francesco Luna avec son frère José... 

Le Triple et demi de Tony Steele

Plus tard, la Coréenne Kim Song Hui tourna le Triple pendant plus de dix ans, et sa compatriote Kim Hun He, à Monaco, en 2000, le réalisa, deux fois de suite. 

En septembre 1962, Tony Steele, avec son porteur Lee Stath, tenta le Triple et demi, et le réussit ! Un mythe venait alors de disparaître… 

Depuis, le triple fait partie du répertoire classique des trapézistes volants…

Dominique Denis

Extrait et adaptation deL’Encyclopédie du Cirque – Dominique Denis – Arts des 2 mondes – version e book

Sources

L'Encyclopédie du Cirque par D. Denis
L’Encyclopédie du Cirque par Dominique Denis
  • La Merveilleuse Histoire du Cirque – H. Thétard – p 362.     
  • Ils donnent des Ailes au Cirque – Adrian – p 83.
  • L’histoire du Triple – Pierre Couderc – Le Cirque dans l’Univers – n°53.
  • Le Triple – Pierre Couderc – Le Cirque dans l’Univers – n° 54-55-56-62.
  • Antoinette Concello – Le Cirque dans l’Univers – n° 133.
  • L’école de Pyong Yang – C. Hamel – Le Cirque dans l’Univers – n°188.
  • Un maître : Fay Alexander – Dominique Denis – Le Cirque dans l’Univers – n° 198.
  • Dictionnaire du Cirque – Dominique Denis.

À lire :

L’Encyclopédie du Cirque – Dominique Denis – Arts des 2 mondes – version e book