Sélectionner une page

Par sa verve comique, Eugène Léonard, le joyeux Auguste au nez écarlate, a largement contribué, pendant un demi-siècle, à la réussite du Cirque Pinder.

Papa Léonard

Léonard Senior
Léonard Senior et Francis

Eugène Léonard était le fils de Eugène Albert Damoiseau, dit Léonard. Ce dernier, fils de Pierre Olympe Damoiseau et de Marie Prioux, était un Auguste renommé. Né le 30 juillet 1864 à Meaux, il était marié avec Marie Sylvie Balliot. Il eut deux fils : Marcel, né le 3 juin 1891 à Orléans, et Eugène junior, né le 1ernovembre 1904 à Berlin.

Après des débuts en tant que barriste, Léonard senior devint acrobate et dresseur au Cirque Royal de Bruxelles, en 1886. Il se produisit dans de nombreux cirques comme Gatti, Oscar Carré ou Busch. Au Cirque Plège, il s’imposa comme un clown. Ensuite, il travailla avec Félix Gontard, puis avec des nains comme François, Tom et Francis avec qui il interprétait la parodie de La corrida. En référence à la célèbre chanson de Xanroff,  il fut également le créateur de la parodie Le Fiacre 11

Eugène Léonard junior

Cirque Spessardy - programme
Cirque Spessardy

Enfant, Eugène junior étudia la voltige équestre et la musique. Il se distingua également dans la jonglerie équestre, une discipline particulièrement ardue. Très tôt, il monta plusieurs numéros avec son frère Marcel. Tous deux furent engagés, en 1920, au Zoo Circus des frères Court.

En cours de saison, ils rejoignirent leur père engagé au Cirque Spessardy. Son frère Marcel fit la connaissance d’Yvette, la sœur des patrons… L’année suivante, ils se mariaient. Le jeune couple mit au point un numéro d’excentriques musicaux, sous l’appellation de Yvette and Mars.

Sous le pseudonyme de Leo Kid, Eugène junior présenta chez les Spiessert, à partir de 1923, son numéro de jonglerie à cheval. Avec son frère et le nain Kiki, l’année suivante, il joua des entrées clownesques. Puis Eugène fut appelé au service militaire en 1925…

Au Zoo Circus

Zoo Circus - le guide
Zoo Circus – le guide officiel

Alfred Court engagea les frères Léonard pour sa tournée le Zoo Circus en Espagne 1927. Ce dernier écrivait dans ses mémoires : 

« … Les clowns semblaient remporter le plus grand succès de tous les numéros de mon programme. Les frères Léonard, avec leur entrée musicale et leur parodie de course de taureaux, firent un triomphe… »

Fort de ces succès, Marcel, Yvette et Eugène créèrent un trio clownesque. Marcel était le clown, Eugène, l’Auguste, et Yvette, le contre-pitre. Ils partirent au New Circus des Spiessert, en 1928. Alors que Marcel Léonard était promu directeur artistique, le sort de la famille Damoiseau devint étroitement lié avec la famille Spiessert. 

En 1929, le trio était à l’affiche de Pinder, nouvellement dirigé par Charles Spiessert.

Tournées Pinder

deux frères Léonard et Yvette
Les frères Léonard et Yvette

Les tournées Pinder s’enchaînèrent avec régularité avec le trio Léonard à l’affiche. A leur répertoire il avait le numéro de L’auto récalcitrante. Le trio fut de la tournée Pinder en Afrique du Nord en 1930.

En plus du numéro de clowns, Eugène jongla encore à cheval en 1930 et 1932, puis présenta un groupe de six zèbres en liberté en 1935. Il se maria avec Andrée Joliet. 

Lors des fêtes de fin d’année 1936, le trio fut programmé à Londres, au Royal Agricultural Hall avec le Carl Hagenbeck Circus. Pour des raisons de santé, Yvette se retira du numéro en 1937. 

Marcel et Eugène Léonard interprétèrent l’entrée intitulée Une période d’instruction motorisée. La saison suivante, le duo interpréta Le taxi en folie, et Eugène joua également une entrée avec Landry.

 L‘autobus en folie

 L'autobus en folie
Eugène Léonard et son autobus en folie

Eugène Léonard constitua, en 1939, un nouveau trio avec le clown musical Georgys et Landry. En 1940, quand Pinder partit en Espagne, Eugène fut du voyage.

Au cirque d’André Rancy au Grand Palais, sur les Champs-Elysées, en janvier 1944, il interpréta  l’entrée de L’automobile, puis partit au Cirque Royal de Bruxelles.

Quand Charles Spiessert reprit la route avec Pinder en 1946, Eugène fut de la partie, assisté de Pastis et Michel Lepick. À la fin de l’année, il anima Lautobus en folie au Vel’d’Hiv’ de Paris, pour une série de séances organisées par Joseph Bouglione Ier pour des comités d’entreprise.

Eugène interpréta, en 1948, une entrée burlesque appelée Le voyage de noce, avec les dynamiques Lulu et Tonio. Deux ans plus tard, cette équipe présenta La marmite atomique et Les Pompiers de Nanterre.

Un solide répertoire

Le duo Rolph et Léonard
Rolph et Léonard – photo Pierre J. Dannès

Avec Sandy et Little Walter junior, il interpréta l’entrée des Ballons en 1951. Toujours d’attaque l’année suivante il reprit La course de taureaux, ainsi que La gavotte des bâtons blancs, en compagnie de Sandy, Michel et Albert Lepick, Gogo, Pap et Salem.

A partir de 1953, il fit équipe avec Rolph Zavatta. Ce nouveau duo fut un précieux atout pour les spectacles de Pinder. Ensemble, ils interprétèrent les classiques du répertoire comme Le coffre-fort, la clarinette, la boxe, la voyante, le pianiste, la chambre hantée, les assiettes, ou les patineuses.

Entre deux tournées chez Pinder, le duo fut à l’honneur, à Paris en 1956, lors des festivités du centenaire du Cirque Rancy. Rolph et Léonard participèrent à plusieurs émissions de télévision : La parade du Jeudi. 

Les reprises de Léonard

Les Léonard - la corrida chez Pinder
Les Léonard dans la corrida

Bocky et Randel devinrent les nouveaux partenaires d’Eugène à partir de 1960 au Cirque Pinder. Accompagné par les Paco Perez, Eugène reprit l’année suivante La voiture atomique. Avec la participation de René Rivel et Mar­cellys, EugèneLéonard joua le sketch de La statue en 1962.

A partir de 1964, Eugène interpréta des reprises assisté du grand et sympathique  Roger Lanzac. Cette année, il fut endeuillé par le décès de sa belle-sœur Yvette Damoiseau, née Spiessert, le 24 août.

Les représentations du Cirque Pinder continuèrent avec l’animateur Lucien Jeunesse qui donna la réplique à Eugène. Ce fut ensuite au tour de Bob Vasseur de le faire valoir, notamment dans l’entrée du Baromètre, à partir de 1966, année où son frère Marcel se remaria avec Henriette Melina Gaza.

Un demi-siècle de rire

A la fin de la tournée Pinder 1969, Eugène Léonard décida d’arrêter les tournées et son métier d’Auguste qu’il avait pratiqué avec talent. Avec son  départ, une page de l’histoire du Cirque Pinder venait de se tourner.

Son frère Marcel mourut le 27 janvier 1978. À son tour, Eugène Léonard tira sa dernière révérence le 9 août 1983.

L’Auguste au nez écarlate Eugène Léonard, après un demi-siècle au service du rire, assisté de partenaires prestigieux, a largement contribué à la réussite du Cirque Pinder sous la direction de Charles Spiessert.

Dominique Denis

Sources

  • Acte d’Etat civil Eugène Damoiseau.
  • Les Clowns – Tristan Rémy.
  • Une vie de clown – Souvenirs de Rolph Zavatta – J. Garnier – S. Aubin-Zavatta.
  • Eugène Léonard – L. R. Dauven – Le Cirque dans l’Univers – n° 130.
  • Programmes Spessardy – New Circus – Zoo Circus – Pinder – Napoléon Rancy.
  • Les Zoo Circus des frères Court – Dominique Denis.
  • Pinder – Direction Charles Spiessert – Dominique Denis.
  • Les jongleurs à cheval – Dominique Denis.
  • Clowns de Cirque – Dominique Denis.