Sélectionner une page

par Vojtech Molier

Personnage mythique du XIXème siècle, la ballerine à cheval Miss Ella Zoraya, de son vrai nom Omar Kinsley, sautait au travers de 50 cerceaux de papier.

Ella Zoraya

miss Ella - photo
miss Ella – photo A. A.

Gloire de la Piste du XIXème siècle, la ballerine à cheval Miss Ella Zoraya fait partie de ces personnages exceptionnels qui illuminent l’histoire du Cirque. En réalité, cette écuyère était un homme appelé Omar Kinsley.

Ses origines sont plutôt vagues. Les historiens John Turner et William L. Stout indiquent qu’il serait né en Louisiane en 1840.

Il fit son apprentissage chez Spencer Q. Stokes (1819–1888), qui dirigeait le South Western Circus aux États-Unis. Ce dernier était marié avec Emma Sampson et avait quatre filles : Ella, Emma, Kate et Belle.

Adolescent, Omar Kinsley fut incorporé dans l’équipe des écuyères maison, et se produisit costumé en fille. Avec la famille Stockes, il débarqua en Angleterre en1851. Les demoiselles Stockes furent engagées dans la compagnie de Hernandez & Eaton Stone l’année suivante, puis chez Pablo Fanque, à Liverpool, pendant l’hiver.

Cinquante ballons

Les demoiselles Stockes furent particulièrement appréciées et les directeurs du Continent se les disputèrent.

Selon Henry Thétard, Omar Kinsley, âgé alors de seize ans, s’imposa sous le nom de miss Ella Zoraya au cirque de François Loisset à Berlin, en 1854. Sans discontinuer, elle tournait le saut périlleux avant et sautait au travers d’une cinquantaine de ballons (cerceaux en papier). Elle dépassait de loin les exploits des autres voltigeurs équestres tant masculins que féminins. À titre indicatif, Kätchen Renz, une des vedettes du genre, ne dépassait pas la série de vingt cerceaux.

Tant à Berlin qu’à Moscou, les fringants messieurs lui envoyaient des billets enflammés, tandis que les dames, par effet de mode, portaient des châles et des gants à la Ella.

Trois ans plus tard à Londres, miss Ella passait en vedette à Drury Lane sous la direction de E. T. Smith. Les Londoniens purent encore l’apprécier à l’Alhambra, en 1859.

Miss Ella se marie

Ella à Drury Lane - affiche
Ella à Drury Lane en 1857

Promue au rang de vedette, miss Ella retourna en Amérique en 1860, au Niblo Garden de New York.  James M. Nixon, puis Stickney l’engagèrent ensuite.

Stupeur dans le monde du cirque ! On apprenait, en octobre 1861, qu’Omar Kinsley se mariait avec l’écuyère Sally Stickney. Le mystère de miss Ella était éventé.

Les engagements se succédèrent chez Stockes, puis Chiarini au Mexique en 1864. Sa carrière continua avec le cirque de John Wilson en Californie et en Australie. On le revit à San Francisco en 1874 et 1875. Délaissant son tutu de ballerine, Omar Kinsley se consacra ensuite au dressage. 

Un artiste mythique

D’après le Morning Bulletin de Rockhampton, Omar Kinsley serait décédé aux Indes le 10 avril 1879. Selon d’autres auteurs, il serait mort, quatre ans plus tard, à Cincinnati.

Entouré de mystère, Omar Kinsley, dit Ella Zoraya, fut une authentique étoile de la piste dont les exploits font encore partie de la légende. Champion du travesti et voltigeur équestre hors pair, il reste un artiste mythique, dont le nom reste célèbre comme ceux de Lulu ou Barbette.

Vojtech Molier

Sources

  • Ella Zoraya
  • Olympians of the Sawdust Circle – William L. Stout.
  • Victorian Arena – John Turner
  • Das Buch vom Zirkus – Josef Halperson.
  • Histoire du Cirque – Serge.
  • Storia del Circo – Alessandro Cervelatti.
  • Le Grand Livre du Cirque – Monica J. Renevey.
  • Cinquante ballons
  • La Merveilleuse Histoire du Cirque – Henry Thétard.
  • Affiche Drury Lane – juillet 1857
  • Miss Ella se marie
  • Annals of American Circus – Stuart Thayer.
  • G. Chiarini du nord au sud des Amériques, de 1864 à 1872 – Dominique Denis – circus-parade.com
  • Notes Henry Thétard.
  • Un artiste mythique
  • Morning Bulletin de Rockhampton – 14/08/1879.
  • De miss Ellen à Barbette – Martin Saint-Yre – Le Cirque dans l’Univers – n ° 49.