Sélectionner une page

Le Circus Schumann fut créé en Suisse en 1866 par Gotthold Schumann, fondateur de la lignée renommée dans le monde de la Piste.

Jongleur à cheval

Gotthold Schumann
Portrait de Gotthold Schumann

Dans Les jongleurs à cheval, nous écrivions à propos de Gotthold Schumann :

« …En compagnie de son frère, Gotthold Schumann travailla pour Renz à partir de 1842 où il pratiqua la jonglerie équestre avec des balles, des couteaux et des assiettes. Il resta pendant une vingtaine d’années dans ce cirque où il devint le brillant second d’Ernst Renz… »

Ce jongleur équestre de qualité devint directeur et le fondateur d’une lignée, une des plus importantes de l’histoire du Cirque.

Au Cirque Renz

Gotthold Wilhelm Daniel Schumann naquit le 25 novembre 1824, à Weimar en Thuringe. Son père Wilhelm Heinrich Schumann était un artisan sellier.

Adolescents, Gotthold et son frère Gustav firent leurs classes chez de Bach, Brillof et Wolschläger.

C’est alors que Gotthold eut la chance de se faire remarquer par Ernst Renz qui le garda dans son établissement prestigieux pendant vingt-cinq ans jusqu’en 1867. D’artiste de passage, il devint un collaborateur particulièrement apprécié. 

Avec sa femme Elizabeth, il eut neuf enfants : Max, Ernst, Albert, Adele, Louise,  Adolf,  Martha, Jacques et Emil.

Associations avec Antony et Herzog

Herzog & Schumann - 1875
Affiche Herzog & Schumann – 1875

Arriva le moment où Gotthold saisit l’opportunité de se lancer dans l’aventure directoriale en collaboration avec le maître écuyer Carl Antony (qui s’écrit également Anthony). Sous l’enseigne Antony-Schumann, le cirque sillonna plusieurs contrées, dont la Suisse, de 1867 à 1869. La troupe comprenait une soixantaine d’artistes et une cavalerie de quarante chevaux. Sur cette piste, le jeune Albert Schumann, alors âgé de onze ans, faisait ses débuts de voltigeur équestre.

Quelque temps plus tard, Carl Antony monta un Cirque Suisse avec Luttgens, puis fut engagé chez Barnum pour présenter un groupe de douze étalons en liberté. 

De son côté, Gotthold Schumann s’associa avec Henrich Herzog, qui avait été une des étoiles du cirque de François Loisset. La nouvelle compagnie s’installa au Tivoli de Copenhague en mai 1871, et l’année suivante à Stokholm.

Gotthold Schumann directeur

Panorama de Copenhague - la piste
Au Panorama de Copenhague

Deux ans plus tard, ils donnèrent des représentations en Allemagne, à Berlin, Leipzig, et l’année suivante, à nouveau dans la capitale, plus Donau et Erlanger. Les deux associés se séparèrent en 1878. 

Gotthold Schumann entreprit une collaboration avec August Kremser aux Pays-Bas ainsi qu’à Moscou, puis se lança avec son propre cirque. Dorénavant, le Cirque Schumann était prêt à s’imposer auprès du public allemand et scandinave.

Le cirque de Gotthold Schumann donna des représentations au Tivoli de Copenhague en 1879 et 1880, puis pour Noël 1881, dans le bâtiment du panorama situé Jernbanegade, jusqu’en avril 1882. Entre temps, il s’était installé dans le le manège de Djugarden à Stockholm, de mai à octobre 1881, où il mit à l’affiche des pantomimes comme Carnaval sur glace. Il enchaîna à Jönköping et Göteborg. 

70 chevaux

Panthéon d'Odense - intérieur
Le Panthéon d’Odense

Ensuite, il vint à Christiania (Oslo) et en début de l’année suivante, à Odense, Malmoe, la Finlande, et à nouveau Copenhague et Stockholm l’été 1883. La troupe était importante puisque constituée de quatre-vingts personnes et d’une cinquantaine de chevaux. Parmi les enfants, se distinguent particulièrement Ernst, Albert, Adele et Martha.

Le Cirque Schumann s’installa en 1884 en Suède à Stockoklm au cirque de Djugarden et continua à Uppsala, Norrköping, Örebro et Göteborg. Au programme, on trouvait Tom Belling et les Fratellini. 

La ville d’Odense, au Danemark accueillit à nouveau le cirque de Gotthold Schumann en 1885 avec une troupe d’une centaine de personnes. Dans les écuries, on pouvait voir 70 chevaux. Jacques Schumann dirigeait un orchestre de 20 musiciens. Le patron menait un groupe de huit étalons noirs en liberté. Comme artiste engagé, Baptiste Schreiber se révélait un jockey de première  force. 

Joe Hodgini

Joe Hodgini and partner - CPA
Joe Hodgini and partner

La tournée continua à Flensburg, dans le Schleswig-Holstein, retourna au Danemark à Aahrus en septembre, puis à Renders, dans un bâtiment en bois.

En 1886, Gotthold Schumann investit le cirque stable de Stockholm. Le fameux jongleur à cheval Joe Hodgini vint renforcer la programme. Les représentations continuèrent à Viborg, puis en Finlande et à Saint-Pétersbourg.

Retour dans la capitale suédoise, dans le bâtiment du cirque à Karlavägen, en 1889. Le clown Constantina Bedini, dit Tanti fut, incontestablement, une des vedettes du spectacle.

Nous retrouvons Gotthold Schumann à Berlin, en octobre 1890, avec en vedette le célèbre clown dresseur russe Dourof. Après la capitale en début d’année 1891, Schumann se produisit dans plusieurs villes allemandes comme Nördlingenet ou Donau.

Le maître James Fillis

James Fillis sur Markir - Haute école
James Fillis

À nouveau, cette même année, le Circus G. Schumann retourna en Suède à Göteborg, en Norvège à Kristiana, puis au Karlavägen de Stockholm, de mai à septembre 1891. 

Tanti était à nouveau le clown favori qui ravissait son public avec son coq et son cochon. Adolf Olschansky, un autre amuseur de la piste,  fit également une forte impression. Les jeux équestres étaient animés par Max, Adolf et Ernst schumann. Un autre atout du Cirque Schumann fut les pantomimes nautiques comme Une nuit à Venise.

Les Berlinois purent applaudir au Cirque Schumann, en février 1892, le maître écuyer James Fillis avec ses chevaux d’école Makir et Germinal.

Avant de retourner dans la capitale danoise en 1893, Gotthold Schumann donna encore des représentations à Göteborg en Suède. William Olschansky, le frère d’Adolf, y présentait un numéro de chats et de rats.

25e anniversaire

G. Schumann à Stockholm - 1886
Au Cirque G. Schumann à Stockholm

Entouré de ses enfants, Gotthold Schumann fêta son 25e anniversaire en tant que directeur de cirque, à Copenhague, le 21 juillet 1893. Il était alors âgé de 69 ans. En parallèle,  il avait monté, en mai, un deuxième cirque au Tivoli avec, à sa tête, son fils Ernst. La saison d’été terminée, la compagnie se rendit à Aalborg.

L’année suivante, le Cirque Schumann reprenait ses représentations à Berlin, avec Texas Jack et une troupe de 50 Sioux. Des artistes de premier ordre furent engagés comme Edmond Loyal, Charles Jee, Émile Aguimoff ou les Reinsch en 1895.

Dans toute l’Europe

Cirque Schumann à Dresde
Cirque Schumann à Dresde – photo A. A.

De succès en succès, en 1895, Gotthold Schumann donna des représentations à Oslo et à Breslau. Également, il se produisit à Utrecht aux Pays-Bas, puis en Belgique à Gand, Liège et enfin au Cirque Royal de Bruxelles. Ses pantomimes comme Cléopâtre ou Un voyage au Mexique ravirent le public bruxellois.

Pour terminer sa carrière en beauté, il fit construire, en 1898, un cirque en pierre à Dresde (à ne pas confondre avec celui qui fut érigé en 1912 par Sarrasani) et en confia la direction à son fils Max. Ce bâtiment continua de fonctionner jusqu’en 1903. 

Dans la revue professionnelle Der Artist, Max Schumann fit part du décès de son père Gotthold Schumann, survenu le 23 décembre 1908. Il était alors âgé de 85 ans.

L’œuvre de Gotthold Schumann fut perpétuée par ses deux fils Max et Albert qui présentèrent, eux aussi, des spectacles de grande qualité.

Une grande lignée de Cirque

gravure ancienne de Gotthold Schumann
Gotthold Schumann – gravure

Ecuyer remarquable, directeur entreprenant, Gotthold Schumann reste le fondateur de la célèbre lignée des Schumann qui brilla pendant plus d’un siècle en Allemagne et en Scandinavie. 

Grand voyageur, il s’était également produit en Suisse, en Belgique, aux Pays-Bas, en Finlande et en Russie.

Dominique Denis

Merci à Hermann Saguemüller pour ses compléments d’informations.

À lire :

Les Jongleurs à Cheval
Couverture du livre

Les jongleurs à cheval – Dominique Denis – Arts des 2 Mondes – Paris – 2009.

Sources

  • Jongleur à cheval
  • Les jongleurs à cheval – Dominique Denis.
  • Au Cirque Renz
  • Der Artist – Gotthold Schmann par Viktor Happrich.
  • Artisten Lexikon – Signor Saltarino.
  • Cirkus i Danmark – Anders Enevig.
  • Premiers cirques européens de Jacques Tourniaire – Dominique Denis – circus-parade.com.
  • Zirkus Renz – direction Ernst Renz – Dominique Denis – circus-parade.com.
  • Portrait de Gotthold et Elisa schumann.
  • Arbre généalogique – Le grand livre du Cirque – Monica Renevey.
  • Associations avec Antony et Herzog
  • Un siècle de cirque en Suisse – Adolphe Cottier – Le Cirque dans l’Univers – n° 14.
  • Olympians of the Sawdust Circle – William L. Slout.
  • Affiche Herzog & Schumann – 30 décembre 1875.
  • Gotthold Schumann directeur
  • Notes Anders Enevig & Per Arne Wahhlberg.
  • Illustration du Panorama de Copenhague.
  • 70 chevaux
  • Cirkus i Sverig – Per Arne Wahhlberg
  • Programmes Schumann – mars 1883 – août 1884.
  • Annonce Schumann en Finlande – 1883.
  • Illustrerad  Veckotidning – 9/10/1886.
  • Anders Enevig – notes.
  • Joe Hodgini
  • Hermann Saguemüller – Anders Enevig – notes.
  • Livre Les Jongleurs à Cheval.
  • Les Clowns – Tristan Rémy.
  • Clowns de Cirque – Dominique Denis.
  • Le maître James Fillis
  • James Fillis – Gabriel Cortès.
  • Viktor Happrich – Notes.
  • Per Arne  Wahhlberg – Cirkus i Sverig.
  • Markedsgogl og cirkuslojer – Kurt Moller Madsen.
  • Tristan Rémy – Les Clowns.
  • 25e anniversaire
  • L’édifice stable de Copenhague a 75 ans – L’Echo.
  • Cirque de Copenhague – Dominique Denis – circus-parade.com.
  • A. Enevig – Cirkus i Danmark.
  • Dominique Denis- Les jongleurs à cheval.
  • Die Deutsche Artist – programme Schumann – 30 novembre 1985.
  • Dans toute l’Europe
  • Von Fliegenden Menschen und Tanzenden Pferden – Gisela Winkler.
  • Die Deutsche Artist – programme Schumann – 30 novembre 1985.
  • Cirque Royal de Bruxelles – Dominique Denis – circus-parade.com.
  • Faire-part de décès – Der Artist – janvier 1909.
  • Max Schumann – Viktor Happrich – notes.
  • Une grande lignée de Cirque
  • Das Busch vom Zirkus – Joseph Halperson.
  • La Merveilleuse Histoire du Cirque – Henry Thétard.