Sélectionner une page

L’Empire – Music-Hall Cirque, un prestigieux temple du spectacle qui enchanta les Parisiens de 1924 à 1936.

L’Empire – Music-Hall Cirque
Façade de l'Empire - L’Empire - Music-Hall Cirque

Façade de l’Empire

En passant devant le 41 de l’avenue de Wagram, les Parisiens peuvent encore voir la façade quelque peu modernisée de ce que fut l’Empire. Ce music-hall cirque, un des plus grands d’Europe, fut inauguré le 29 février 1924, sous la direction d’Oscar Dufrenne et Henri Varna, les célèbres directeurs de plusieurs music-halls, avec en vedette le fantaisiste Maurice Chevalier et un spectacle composé essentiellement d’attractions de cirque comme la cavalerie de 40 chevaux d’Orlando, la troupe équestre Briatore, les clowns Pippo Pucci et Seiffert. Ce grandiose établissement dont l’histoire fut contée par Jacques Salles, L’Empire – un temple du spectacle, et dans le dictionnaire historique des cafés-concerts et des music-halls de Paris de Philippe Chauveau, était à l’origine un modeste concert d’été ouvert en mai 1894. Sous la dénomination d’Etoile Palace, il fut réaménagé deux ans plus tard, par Marius Combes qui présenta jusqu’en 1921, de nombreux spectacles de music-hall, d’opérettes et de cinématographe.

Lorsque les rois du music-hall parisien, Dufrenne et Varna, prirent en main la destinée de cet établissement, ils commencèrent par modifier la salle. La scène, se transformant en piste, mesurait 600 mètres carrés, et on comptait 3.000 places. Ce music-hall cirque pouvait largement soutenir la comparaison avec l’Hippodrome de New York ou celui de Londres. De 1924 à 1932, l’Empire fut considéré par tous les grands critiques, de Gustave Fréjaville à André Legrand-Chabrier,  comme un des meilleurs établissements de Variétés du monde. Le programme changeait tous les 15 jours, et les représentations se déroulaient chaque jour en soirée, avec matinée le jeudi, samedi, dimanche et jours fériés. Les directeurs engagèrent les plus grandes attractions de l’époque.

Vedettes du Cirque et du music-hall
Franck Pichel and partner - L’Empire - Music-Hall Cirque

Franck Pichel and partner

Les Fratellini, Grock, Charlie Rivel, tinrent maintes fois le haut de l’affiche. D’autres clowns célèbres comme Little Tich, Antonet et Béby, Noni, Toto Novello, Rico et Alex Briatore, Frank Pichel, les Jover ou les Bronett, surent amuser les trois mille spectateurs. De nombreuses autres vedettes de la Piste triomphèrent comme Joe Jackson, le voleur de bicyclette, Bagessen, le casseur d’assiettes, les troupes de lilliputiens de Singer ou de Schaeffer, les cyclistes Rodella Ruis et Artix, le fildefériste Maximo, le toréador du fil Con Colleano, la danseuse acrobatique Barbara la May, le célèbre pochard Germain Aéros ou l’excentrique musicale Maria Valente… Les jongleurs Enrico Rastelli, Franco Piper ou Gaston Palmer furent acclamés, et Barbette, le trapéziste androgyne fit battre le cœur de nombreux poètes. On fut subjugué par les plus grands magiciens comme de Rocroy, Chefalo, Dante, Horace Goldin ou the Great Carmo.

Barbette - L’Empire - Music-Hall Cirque

Barbette par les demoiselles Vesque

Les présentations équestres furent également nombreuses, comme celles de Chotachen Courtault, la troupe de Poodle Hanneford ou la cavalerie de Jean Houcke, sans oublier les numéros d’animaux comme le capitaine Wall et ses alligators ou les éléphants musiciens de Rossi. Enfin, avec leurs boulicoteries, Emile Recordier et Boulicot assurèrent avec leur verve inimitable les intermèdes comiques.

En avril 1932, Oscar Dufrenne et Henri Varna abandonnèrent la direction de l’Empire qui fut transformé en cinéma attraction. Avant le film, on pouvait applaudir des artistes comme les Clérans, Brick et son lion, Luisita Leers ou Sam Barton. Au début de l’année suivante, un dénommé Serge Alexandre, qui n’était autre que le célèbre escroc Stavisky, racheta l’affaire pour monter une opérette. Ce fut la banqueroute. En décembre 1934, l’Empire redevint un cinéma attraction, avec Mitty Goldin à la direction artistique, qui engagea des vedettes comme Roberto de Vasconcellos ou Charlie Rivel. La formule fonctionna six mois, puis la salle ferma ses portes à nouveau…

Les 4 frères Amar
Affiche signée Serge - L’Empire - Music-Hall Cirque

Affiche de l’Empire signée Serge

Ayant débuté, enfants, en 1909, comme dompteurs dans la ménagerie familiale, les 4 frères Amar, Ahmed, dit l’Aîné, Mustapha, Ali, et Shérif, fondèrent leur premier cirque en 1924. En quelques années, il amassèrent une véritable fortune. Ils organisèrent plusieurs tournées sous chapiteau, et utilisèrent aussi une semi-construction qu’ils installèrent à Paris, du 1er novembre 1934 au 15 février 1935, successivement Porte des Ternes, Porte d’Italie, et Porte de Versailles.

Pour en revenir à l’Empire, à partir du 10 avril 1936, ces audacieux directeurs présentèrent une série de spectacles riches en entrées de cage. Outre les animaux maison, on put apprécier la cavalerie Carré, les cyclistes Brockway, les jongleurs Swift, Alfred Court dans la Paix dans la jungle, et les intermèdes des deux compères Recordier et Boulicot. Cette programmation dura une année, jusqu’en mars 1937. La direction de ce prestigieux établissement fut reprise en mars 1937, par Jules Marx, l’ancien patron de la Scala de Berlin, pour quatre mois seulement. Par la suite, l’Empire n’eut que des activités sporadiques, présentant des opérettes ou des ballets. Il fut transformé en cinéma, en Cinérama, et enfin en studio de télévision.

Extrait de : Cirques en bois, cirques en pierre de France – Charles Degeldère et Dominique Denis – deux volumes – Arts des 2 Mondes – 2003. (en cours de réédition).

Sources : 

  • L’Empire – un temple du spectacle – Jacques Salles.
  • Dictionnaire historique des cafés-concerts et des music-halls de Paris – Philippe Chauveau – p 146-147.
  • Programmes de l’Empire – 1924 à 1937.
  • Histoire Illustrée des Cirques Parisiens – Adrian.

A lire

Cirques en bois, cirques en pierre de France - cirques parisiens

Cirques en bois, cirques en pierre de France

  • Cirques en bois, cirques en pierre de France – Charles Degeldère et Dominique Denis – deux volumes – Arts des 2 Mondes – 2003. (en cours de réédition).
  • L’Empire – un temple du spectacle – Jacques Salles – S.F.P. – Paris – 1975.
  • Les cirques des Frères Amar – Dominique Denis – Arts des 2 Mondes – 2003.
  • Histoire Illustrée des Cirques Parisiens – Adrian.
  • Paris en Piste – Histoire des cirques parisiens – Pascal Jacob – Editions Ouest-France – Rennes 2013.