Sélectionner une page
Affiche Foottit et Chocolat - Foottit et Chocolat

Affiche Foottit et Chocolat

Foottit et Chocolat : Un duo de légende

Lorsque en 1882, George Foottit, qui se prénomme comme son père, le co-directeur du Powel, Foottit and Clarke’s Great Allied Circus, se produit à Bordeaux au Cirque Continental, il séduit immédiatement le public par ses mimiques, ses gambades et ses sauts qu’il exécute avec de petites échasses attachées aux chevilles. L’année suivante, au Great International Circus, affublé d’un vaporeux tutu, il imite, avec une rare drôlerie, une écuyère exécutant ses entrechats sur le dos d’un cheval lancé au galop.

Affiche Nouveau Cirque - Foottit et Chocolat

Affiche de Foottit au Nouveau Cirque

Voulant inscrire à son programme les meilleurs clowns du moment, Joseph Oller l’engage dès l’ouverture du Nouveau Cirque en 1886, avec sa parodie de la ballerine à cheval. Il participe également aux pantomimes nautiques mises en scène par Agoust comme La Grenouillère. Malgré la concurrence de comiques chevronnés comme Billy Hayden ou Tony Grice, il réussit à s’imposer, et en peu de temps, devient le clown préféré des Parisiens. Trois ans plus tard, Raoul Donval prend la direction du Nouveau Cirque avec Geronimo Medrano comme régisseur général et monte un spectacle intitulée Paris au galop, dont l’action se déroule entre les quatre piliers de la Tour Eiffel. En plus de la revue, Foottit intervient soit en solo, soit en compagnie, P. Loyal, Montero ou Boum-Boum. À partir de 1890, Foottit va jouer régulièrement avec Chocolat. Ces deux artistes, se complétant à merveille, vont créer une série de petits sketchs qui seront copiés par bon nombre de leurs confrères. Novateurs comme Pierantoni et Saltamontès ou Sidney et Mazzoli, ils forment un des plus marquants couples de l’histoire de la comédie clownesque.

La noce de Chocolat
La noce de Chocolat - Foottit et Chocolat

La noce de Chocolat au Nouveau Cirque

Rafael Padilla, dit Chocolat, rencontre Tony Grice à Bilbao qui l’embauche comme élève. Ils sont engagés à Paris, au Nouveau Cirque, en octobre 1886. Grice présente la parodie du maître de manège qui fait un évoluer sur la piste un cheval postiche à l’intérieur duquel se tiennent Tonyto et Chocolat. En 1890, Chocolat intervient dans des sketchs avec Boum-Boum, puis Pierantoni et enfin Foottit. Geronimo Medrano, le régisseur général comprend que Chocolat, simple comparse, possède un talent comique non exploité. Il l’encourage à développer son côté naïf, benêt, et d’une bonne humeur inaltérable. Il lui confie le rôle d’un domestique de grande maison, en habit rouge et culotte de satin, bas de soie et souliers vernis, la boutonnière fleurie, et coiffé d’un canotier. Son personnage est créé.

Pour la rentrée d’octobre, il le propulse en vedette de la pantomime nautique intitulé La noce de Chocolat. L’action se passe dans une guinguette à Robinson. Pendant le repas, une bande d’étudiants farceurs fait irruption en se chamaillant puis, jonglent avec les victuailles. Enfin, l’un d’entre eux enlève la jeune épousée. On assiste alors à une poursuite folle, avec forces cascades, descentes vertigineuses d’escalier, et au final, plongée de toute la noce dans la piscine.

 Sarah-Foottit
Polka des clowns Foottit et Chocolat

Polka de Foottit et Chocolat

De son côté, Foottit continue de créer de nouveaux sketchs. En novembre 1890, avant la nouvelle revue hippique À la cravache, il parodie Cléopâtre le grand succès de Sarah Bernhardt au Théâtre de la Porte Saint-Martin. Outrageusement maquillé et affublé d’une perruque rousse comme la grande tragédienne, chargé de colliers et de bracelets tintinnabulants, il brandit un serpent en caoutchouc qui est censé le piquer pour mettre fin à ses jours. Soutenu par Chocolat, le venin du reptile faisant son effet, il n’en finit pas de mourir. Soudain, la voilà qui se relève. Il ramasse sa traîne, et poursuivi par Chocolat, coure autour de la piste.

Le Tout-Paris ne parle plus alors que de Sarah-Foottit. Sarah Bernardt qui a horreur d’être critiqué et encore moins moqué, se promet de faire un scandale. En fait, personne ne prend sa menace à la légère, d’autant que quelque temps auparavant, elle avait saccagé l’appartement de la comédienne Marie Colombier qui l’avait ridiculisé dans son livre les Mémoires de Sarah Barnum. Effectivement, un soir elle arrive au cirque bien décidée à en découdre avec ce paillasse effronté. Pas intimidé pour un sou, Foottit entre en piste, la salue respectueusement et se lance dans son interprétation. Sans doute, la présence de la reine du Théâtre aidant, il se sent pousser des ailes et interprète sa parodie avec un telle drôlerie, que les rires du public deviennent irrésistibles. Prise par l’hilarité générale, la tragédienne qui, jusqu’alors, était restée figée, ne peut alors que s’esclaffer…

Les farces de Foottit et Chocolat

Au Nouveau Cirque, les joyeuses pantomimes se suivent, et le duo Foottit et Chocolat n’en finit pas d’amuser le beau monde des quartiers chics de la capitale enchanté par leurs saynètes bon enfant. Tout les opposent et pourtant, ils sont parfaitement complémentaires. Foottit, le clown blanc, léger, malicieux, infatigable farceur, joue des tours pendables à son compagnon. À chaque fois celui-ci se laisse berner. Foottit, qui tient à la main deux petits bouts de bois, l’interpelle :

Illustration Au bon Marché - Foottit et Chocolat

Illustration Foottit et Chocolat Au bon Marché

  • Foottit : Môsieur Chocolat, voulez-vous gagner cinq francs ?
  • Chocolat : Oui, oui, oui, oui, oui.
  • Foottit : Vous voyez ces deux bouts de bois … et bien, je vous parie que, trois fois de suite, vous ne dires pas : deux bouts de bois.
  • Chocolat : Mon pauvre bonhomme !
  • Foottit : Je commence : ce matin, je trouve à terre…
  • Chocolat : Deux bouts de bois.
  • Foottit : Très bien… je rentre chez moi et allume un feu avec…
  • Chocolat : Deux bouts de bois.
  • Foottit : Que préférez-vous : ces deux bouts de bois ou cette belle pièce de cinq francs ?
  • Chocolat : (très malin) Deux bouts de bois.
  • Foottit : Eh bien, les voilà ! (Il lui donne les deux bouts de bois et s’en va avec la pièce de cinq francs).

Ainsi, l’expression être chocolat a pour origine les nombreuses farces de Foottit et Chocolat. Ils interprètent également des entrées qui depuis sont devenus des classiques comme La contre-basse, L’araignée, Le photographe ou La corrida. Par la suite, le grand magasin Au Bon Marché éditera des cartes publicitaires illustrées avec les aventures des deux compères qui feront les délices des enfants sages et des collectionneurs.

Chocolat aviateur - Foottit et Chocolat

Chocolat aviateur

Les succès de Foottit et Chocolat

Toujours au Nouveau Cirque,  Foottit et Chocolat  jouent dans les nombreuses pantomimes. Entre deux contrats, le duo est invité dans d’autres cirques comme au Circo Michaela Alegria à Bordeaux, au Grand Cirque Français de Marseille, ou au Cirque-Hippodrome du Champ de Mars, à Paris. On les retrouvent au Nouveau Cirque pour la reprise La Noce de Chocolat, en 1894 et dans les revues jusqu’en 1897. L’année suivante, la direction du Nouveau Cirque est reprise par Hippolyte Houcke. Foottit et Chocolat voguent de succès en succès.

Pour célébrer le nouveau siècle, Foottit et Chocolat font un passage à l’Hippodrome de Londres, au Cirque Malden à Rouen et au Cirque Alexandre à Marseille. En 1907, Tison et Debray prennent la direction de l’établissement avec la reprise de La Noce de Chocolat. Deux ans plus tard, est annoncé Foottit réserviste, puis Chocolat aviateur. Leur notoriété est telle, qu’on leur dédie des chansons et deviennent des acteurs de publicité pour Félix Potin. Pour le cinéma, encore à ses débuts,  Foottit et Chocolat tournent quelques courts métrages. Après être entré dans la légende, Foottit fera équipe avec ses deux garçons Tommy et Georgey au Cirque de Paris puis dirigera un chapiteau au Jardin d’Acclimatation. Chocolat, quant à lui, prendra plusieurs partenaires comme Cerrato, Adolphe, Kade, Bob O’Connor ou son propre fils. Franc-Nohain écrira Les Mémoires de Foottit et Chocolat, et un siècle plus tard, Gérard Noiriel sera l’auteur de Chocolat, clown nègre avec une adaptation pour le théâtre et le cinéma.

Dominique Denis

Clowns de Cirque -par

Clowns de Cirque – Dominique Denis

Extrait deExtrait de : Clowns de Cirque – Histoire des Comiques de la Piste – Dominique Denis – Arts des 2 Mondes

À lire : Foottit et Chocolat

  • Bonjour les Clowns – Hugues Hotier – 1976.
  • Chocolat, clown nègre – Gérard Noiriel – Bayard – Paris – 2012.
  • Clowns – Michel Louis – Aby Georgian Production.
  • Clowns – John H. Towsen – Hawthorn Books – New York – 1976.
  • Clowns de Cirque – Histoire des Comiques de la Piste – Dominique Denis – Arts des 2 Mondes – Paris – 2015.
  • Clowns et Farceurs – Jacques Fabbri et André Sallée – Bordas – Paris – 1982.
  • Clowns & Pantomimes – Willson Disher – Editions Benjamin Blom – London – 1968.
  • Das Lachen des clowns – Mario Turra – Henschelverlag – Berlin – 1972.
  • Die grossen Clowns – K. Hoche, T. Meissner und B. F. Sinhuber – Knaur – München – 1982.
  • I Clowns – Federico Fellini – Capelli – Bologna – 1970.
  • L’Art du Clown – Dominique Denis – Arts des 2 Mondes – Paris 2005.
  • Le Livre du Clown – Dominique Denis – Editions du Spectacle – Strasbourg – 1985.
  • Le Petit Auguste Alphabétique – Yves Dagenais – Magellan – Paris – 2015.
  • Les Clowns – Tristan Rémy – Grasset – Paris – 1945.
  • Les clowns et la tradition clownesque – Pierre Robert Levy – La Gardine – 1991.
  • Les Comiques à bicyclette – Dominique Denis – Arts des 2 Mondes – Paris – 1998.
  • Storia del Clown – Alessandro Cervelatti – Marzocco – Firenze – 1946.
  • The book of clowns – George Speaight – Sidgwick & Jackson – London – 1980.
  • La vie des grands clowns – Helga Bemmann – Henschel – Berlin – 1976.
  • Les Mémoires de Foottit et Chocolat – Franc-Nohain – Pierre Lafitte – Paris.