Sélectionner une page

Par son élégance et ses exploits, la fabuleuse cycliste Lilly Yokoï, tout au long de la seconde moitié du XXème siècle, subjugua le monde entier.

Acrobates à bicyclette

Lilly Yokoï - document A. A.
Lilly Yokoï vedette

D’origine japonaise, Lilly Yokoï était née à New York, le 16 janvier 1929. Ses parents Eizo et Rui Yokoï étaient des acrobates à bicyclette. Ils formèrent à leur art leurs enfants Mary, Lilly, Akimo, Kimiko et George. La famille se  produisit sous l’appellation The Yokoï Family

Lilly Yokoï se maria avec l’équilibriste Roland Johansonn, dit Rolando. Elle se lança alors dans l’aventure d’un numéro en solo. Avec son mari, elle se produisit à la Nouvelle Orléans en avril 1956, puis partit avec la tournée mondiale des Harlem Globe Trotters. En solo, Lilly Yokoï tourna dans une émission télévisée à Hollywood, le 30 septembre.

De leur côté, après avoir tourné aux Etats-Unis pour l’agence General Artists Corporation, les parents Yokoï, et leur autres trois filles, furent engagés au Tower Circus de Blakpool en 1957. 

Magique !

Lilly Yokoï  - en équilibre sur la selle
Lilly Yokoï – photo A. A.

Toute menue, Lilly Yokoï mesurait 1 mètre 50 et pesait 45 kilos. Elle roulait sur sa bicyclette avec élégance et une grâce infinie. 

Elle réalisait tous les exercices du répertoire, comme les cabrades, les pirolets,  les pirouettes arrière, avec une aisance defiant l’imagination. Tout en roulant, elle se tenait debout sur le guidon ou bien sur la selle sur un seul pied. Elle tenait également un remarquable équilibre de main sur le guidon du vélo. Une de ses spécialités était les boomerangs swing : Le corps en appui sur le guidon, elle tournait sur elle-même, une douzaine de fois, comme une toupie.

En un mouvement perpétuel, les figures s’enchaînaient sans discontinuer… bien entendu, avec le sourire. Elle était surnommée La ballerine à bicyclette. Un numéro magique !

Lilly Yokoï et Rolando

Lilly Yokoï - Knie 1959
Lilly Yokoï – Knie Magazine 1959

Leurs deux numéros furent demandés dans le monde entier.

Elle passa, en mai 1958, au Gröna Lunds Tivoli de Stockolm, au Folk Park de Malmoe, puis participa au spectacle des Harlem Globe Trotters tournant en Europe. En septembre, elle retourna en Amérique du Nord, puis entreprit un périple au Japon, Hong-Kong, Manille, Bankok, et l’Australie.

L’année suivante, elle était à l’affiche de l’Olympia de Paris, puis fut la vedette du Cirque Knie. Son mari Rolando décida d’abandonner son numéro d’équilibre et de devenir son impresario…

Une bicyclette en or

Un père Noël pour Lilly Yokoï
Le père Noël pour Lilly Yokoï – Document Echo

Le Lido, le plus prestigieux cabaret du moment, l’engagea en 1960. Elle partit avec la revue du Lido au Casino Stardust de Las Vegas, d’octobre à début décembre. Les Newyorkais purent ensuite l’applaudir au Radio City. Le 11 février 1963, elle tourna dans l’émission de Johnny Carson What’s my line ?

Les frères Knie la redemandèrent pour leur tournée 1962.

Profitant de son séjour en Suisse, elle demanda au mécanicien Arnold Tschopp, de Schieleren, qui était champion artistique de vélo artistique,de lui fabriquer une nouvelle bicyclette démontable. L’engin pesait 22 kilos. Ne regardant pas à la dépense, elle la fit non pas chromer, comme c’était la tradition, mais plaquer en or.

Réservations plusieurs années à l’avance

Affiche B. Mills - Lilly Yokoï
Affiche Bertram Mills avec Lilly Yokoï

Tous les plus grands établissements de spectacles se la disputaient. Son numéro était reservé plusieurs années à l’avance. Ce fut alors une longue série d’engagements dans – ce que l’on appelle en terme de métier –  les plus grandes maisons. 

A Paris, le 27 novembre 1962, elle participa au Gala de la Piste de Louis Merlin qui se déroula à Medrano.  Ensuite, direction Londres, au Bertram Mills Circus, puis en février 1963, au restaurant Fiskartorpet à Helsinski, et l’été, chez Schumann à Copenhague. Le célèbre animateur américain Ed Sullivan la programma pour le 15ème anniversaire de son émission.

Elle termina l’année au Casino de Beyrouth, qui, avant la guerre civile qui dévasta ce magnifique pays, était alors le plus beau music-hall du monde.  

Accident du travail

Fait exceptionnel pour l’époque, elle fit partie d’une troupe allemande engagée au Cirque de Moscou, en février 1964. Hélas, le deuxième jour, elle tomba de son vélo et se blessa, et fut congédiée sine die. Le fameux cabaret le Mikado de Tokyo l’engagea immédiatement. Pour notre plus grand bonheur, elle fut filmée dans l’émission Hollywood Palace, en octobre 1965, puis partit pour Las Vegas.

Malgré son travail incessant, elle prit le temps de devenir maman avec une mignone fille prénommée Monika.

La ronde des engagements continua. Les téléspectateurs français purent la voir le 24 janvier 1968 à la Piste aux Etoiles.

Devant les têtes couronnées

Affiche Cirque Knie - Lilly Yokoï
Affiche Knie avec Lilly Yokoï

Citons encore, parmi les spectacles les plus mémorables, un passage au Kakstajatorpalla à Helsinski en novembre 1971… son retour au Lido de Paris en 1973… au Tivoli de Copenhague en 1974… au Palladium de Londres à la Royal Variety Performance devant la famille royale en 1975, ainsi qu’une troisième tournée au Cirque Knie… au Greatest Circus On Earth en Australie en 1977. En décembre de cette même année, elle fut l’invitée du Sweden Royal Command Circus

Infatigable voyageuse, elle reprit la tournée des Harlem Globe Trotters en 1978, et pour les fêtes de fin d’année, fut la grande attraction de Kelvin Hall Circus de Glasgow.

En Allemagne, elle passa plusieurs fois au Hansa Theater de Hambourg, véritable plaque tournante des attractions européennes. Le public huppé put enfin l’apprécier, l’été 1980, au Loew de Monte-Carlo. Pour Noël, elle tourna dans le Paul Daniels Magic Christmas Show.

Etoiles de la Piste

Malgré ses nombreux succès, sa vie ne fut pas toujours rose, et elle divorca. Elle arrêta le métier, et partit vivre au Japon.

Retirée en pleine gloire, Lilly Yokoï laisse le souvenir d’une artiste d’exception… une star inégalée qui figure auprès des Etoiles de la Piste de son époque que furent Mara, Pinito del Oro, ou les soeurs Mascotts

Dominique Denis

Sources

  • Acrobates à bicyclette
  • Carte d’anniversaire Lilly Yokoï – janvier 2009.
  • Troupe Yokoï  – annonces –  Das Organ – Echo – 1957.
  • Document publicitaire de la troupe Yokoï.
  • Article : Lilly Yokoï – Alain-Michel Lagrange – Cirk/75
  • Great Yarmouth et Blackpool – Jacques Garnier  – Le Cirque dans l’Univers n° 27.
  • Rolando & Lilly Yokoï – Annonce – Bilboard – 7/04/1956.
  • Blackpool Tower Circus – Daniel Pottier & John Sheward.
  • Lilly et Rolando
  • Dictionnaire du Cirque – Dominique Denis.
  • Encyclopédie – Dominique Denis.
  • Lexique du cirque – Dominique Denis.
  • Les comiques à bicyclette – Dominique Denis.
  • Roule le cirque – Collectif.
  • Magique !
  • Echo – annonces Rolando et Lilly Yokoï.
  • Magazine et programme Knie – 1959.
  • Le Cirque Knie en Suisse – Jacques Garnier – Le Cirque dans l’Univers – n° 27.
  • Le Grand Livre du Cirque – Monica Renevay.
  • Une bicyclette en or
  • Echo – 1961 – 1962.
  • What’s my line ?- The Paley Center for Media.
  • Le Lido – programme.
  • Knie 1962 – Magazine et programme.
  • Réservations plusieurs années à l’avance
  • Echo – 1963 à 1965.
  • Sirkusteltta.
  • Livre d’or des Galas de la Piste.
  • Bertram Mills – David Jamieson.
  • The posters of Bertram Mills Circus – Steven B. Richley.
  • Télégramme de Ed Sullivan – 19 janvier 1963.
  • Accident du travail
  • Deutscher circus begeistert Moskauer – Das Organ – mars 1965.
  • Brusque renvoi – Echo – avril 1965.
  • La revue Echo – 1965 à 1972.
  • Devant les têtes couronnées
  • Programmes – Lido 1973 – Knie 1975.
  • Revue Echo – 1973 à 1975
  • Etoiles de la Piste
  • La Merveilleuse Histoire du Cirque – Henry Thétard – (2ème edition).
  • L. Yokoi “ la ballerine à la bicyclette d’or ”- Dominique Jando – Le Cirque dans l’Univers n° 259 – & circopedia.
  • The Original BMX Pro Rider : Lilly Yokoï – Jamie Bogert – Bust.
  • Notes Donald Stacey.
  • National Fairground and Circus Archive.

video