Sélectionner une page

Les Parisiens découvrirent, en 1951, au Cirque d’Hiver, Baby Mistin, virtuose du xylophone, qui triompha sur les plus grandes pistes du monde.

par Vojtech Molier

En lettres capitales

Baby Mistin - photo Dauven
Baby Mistin – photo L. R. Dauven

En lisant la Presse parisienne, à Pâques 1951, l’œil du lecteur était attiré par les annonces du Cirque d’Hiver annonçant, en lettres capitales, BABY MISTIN.

On apprenait, qu’âgé de trois ans et demi, il était un musicien virtuose et chef d’orchestre. Tout un programme !

Et bien, c’était vrai !

Comme on pourrait me taxer de partialité, je me contenterai de citer Jean Barreyre. Rappelons que ce journaliste et romancier, qui était chroniqueur dans la revue Opéra, était un fin connaisseur du Cirque. Il avait écrit un livre remarquable intitulé Charlatans, Bateleurs & Bonimenteurs, qui se doit de figurer en bonne place dans la bibliothèque d’un circophile éclairé.

Géométrie euclidienne

Annonce du Cirque dHiver - 1951
Annonce du Cirque dHiver – 19 mars 1951

Voici quelques extraits d’un long article :

« …Dans ces éléments de la géométrie euclidienne que Pascal enfant, nous dit-on redécouvrit, n’est-il pas naturel de voir le diamètre d’une circonférence parcouru par un enfant prodige ? Celui-là est charmant… »

Plus loin, Jean Barreyre écrivait :

« …Il fait soupirer d’attendrissement les mères qui, cigarette à la bouche, de nos jours, amènent leur progéniture au cirque ; elles sourient et s’exaltent ; mais l’exploit apparaît lorsque ce petit lapin blanc prend de petites pattes pour exécuter quelques morceaux de bravoure sur un xylophone… »

Une famille de musiciens

child wonder of the world
Baby Mistin – child wonder of the world

Une fois de plus les 4 frères Bouglione, programmaient des attractions inédites. 

Ce très jeune Baby Mistin était fils et petit-fils de musicien. Son grand-père avait fondé le un chœur La Gaité Renaissance à Bruxelles. 

Son père débuta, à l’âge de 15 ans, comme chanteur. Lorsque que la guerre de 1914 fut déclarée, il se porta volontaire. La paix revenue, il monta un numéro de xylophone. Il eut un premier fils, Roger, qui reprit le numéro paternel, cette fois à patin à roulettes.

Enfin, Baby Mistin naquit en 1947. L’année suivante, à la stupéfaction générale, il se saisit des baguettes et se mit à marteler une polka sur le xylophone paternel !

Et hop ! Baby Mistin fut emmené en tournée…

Baby Mistin au plus grand cirque du monde

Baby Mistin devenu Roland d'Avell
Roland d’Avell à Medrano en février 1958

Les contrats ne se firent pas attendre, avec, entre autres, Mikkenie, Chipperfields en Irlande, Scott en Suède… 

Et puis, ce fut la consécration, en 1953 sur la piste centrale de Ringling Bros and Barnum & Bailey.  Dans les placards des journaux, il était annoncé ainsi : Child Wonder of the World – don’t miss Mister Mistin. (le merveilleux enfant du monde – à ne pas manquer)

Paris retrouva Baby Mistin à Medrano, en février 1958, dans son spectacle Circorama, cette fois sous le nom de Roland d’Avell.  Certes, il avait grandi… mais, bien mis en valeur, comme savait si bien le faire Jérôme Medrano, il sut charmer son public en interprétant La marche florentine de Julius Fucik.

Charles Spiessert l’engagea pour sa troisième programmation de sa tournée Pinder 1959 en France, avec Luis Mariano.

Nuits d’Europe

Nuits d'Europe - affiche
Un film à ne pas manquer

Nous pouvons encore apprécier son numéro de xylophone, sous le nom de Roland d’Avell, dans le merveilleux film Nuits d’Europe.

Ce long métrage de Alessandro Blasetti, de 1959, est un documentaire époustouflant de 96 minutes, qui nous permet de voir – ou de découvrir – des artistes fabuleux tels le ventriloque Robert Lamouret, le magico Mac Ronay, le maître Channing Pollock, les sensuels Croq Messieurs (Marino et Billy Beck), les clowns Rastelli… ou encore les Platters, Henri Salvador, les Rockett Girls, et bien d’autres aussi célèbres. A ne pas manquer !

Même si sa carrière d’enfant prodige fut courte, of course, Baby Mistin peut se targuer d’avoir triomphé sur les plus prestigieuses pistes du monde.

Vojtech Molier

Sources

  • En lettres capitales
  • Annonces Cirque d’Hiver – mars – avril 1951.
  • Charlatans, Bateleurs & Bonimenteurs – Jean Barreyre – Flammes et Fumées – Paris – 1963.
  • Le Navire aveugle – Jean Barreyre – Editions Fast – 1925.
  • Géométrie euclidienne
  • Cirque d’Hiver – Jean Barreyre – Opéra – 28/03/1951.
  • Une famille de musiciens
  • Anniversaire et Jubile – Echo –  juillet 1953.
  • Baby Mistin au plus grand cirque du monde
  • Les Artistes de Cirque Bruxellois – André De Poorter.
  • Affiche, programme et annonces de presse Ringling Bros and Barnum & Bailey – 1953.
  • Programme Medrano – février 1958.
  • Pinder – direction Charles Spiessert – Dominique Denis.
  • Nuits d’Europe
  • Film : Nuits d’Europe de Alessandro Blasetti.

À lire : 

Les Artistes de Cirque Bruxellois – André De Poorter – Tempus – 2011.