Sélectionner une page

Par Vladimir Castilla y Real

Giuseppe Chiarini de 1873 à 1897, infatigable globe-trotter, continua son périple triomphale jusqu’en Australie, en Extrême-Orient et même au Japon.

Nouvelle Zélande et Australie – Chiarini de 1873 

Chiarini à Wellington - affiche
Chiarini à Wellington

Après ses tournées d’abord en Amérique du Nord, de 1854 à 1864, puis dans les deux Amériques, la décennie suivante, Giuseppe Chiarini s’embarqua, en 1873, en direction de la Nouvelle Zélande.

Sa compagnie comprenait 150 personnes et une cavalerie de 62 chevaux. De la Nouvelle Zélande il se rendit en Australie. Sa première étape fut Melbourne au mois de mars, et à partir d’avril, à Sydney.

Le Royal Circus de Chiarini annonçait l’écuyer George F. Holland, Kathie Holloway, Emilia Bridge, Edward Rowland, George Worland, miss Gracie, les frères Carlos.

Ce périple terminé, Chiarini retourna à San Francisco où il avait établit ses quartiers d’hiver.

Rio de Janeiro

 Chiarini 1876
Chiarini au Brésil – 1876

Deux ans plus tard, Giuseppe Chiarini investit à nouveau l’Amérique du sud, cette fois à Rio de Janeiro, puis en 1878 au Pérou.

Continuellement sur le voyage, il revint en 1879 à San Francisco pour une tournée en Californie et dans le Nevada.

Le cheptel animal s’était étoffé, outre la cavalerie, avec deux zèbres, un guanaco, un bison, et trois tigres.

Extrême-Orient

Sur sa lancée, Giuseppe Chiarini se dirigea en direction de l’Extrême-Orient, d’abord Batavia (Jakarta), Singapour, l’Australie et la Nouvelle Zélande.  

Selon l’historien Sreedharan Chapad, Chiarini se produisit à Bombay (Mumbai) la  première fois le 12 décembre 1879. Son spectacle fut une révélation pour Vishnupant Chatre, le fondateur du cirque indien. Calcutta accueillit ensuite Chiarini en mars de l’année suivante.

La chance souriant aux audacieux, Chiarini entreprit ,en 1881, une folle tournée à nouveau aux Indes… puis en Malaisie, en Birmanie, à Ceylan (Sri Kanka), à Manille, à Hong Kong, en Indochine, à Java, et à Bangkok.

De 1883 à 1885, il retourna en  Australie, Nouvelle Zélande et Indonésie. De nouveaux artistes composaient le programme comme James Holloway, A. Lehman, August Siegrist ou G. Dunbar.

A la découverte du Japon

Chiarini - les éléphants par Utagawa Massanobu
La piste de Chiarini avec La piste de Chiarini avec les éléphants et les artistes par Utagawa Massanobu

Lors de l’année 1886, il retourna à Hong Kong, puis visita les Philippines, Macao, et la Corée. 

Quel événement quand Giuseppe Chiarini réussit à obtenir l’autorisation de donner des représentations au Japon ! Certes, il ne fut pas le premier artiste occidental à se produire dans ce pays, puisque Richard Risley, s’était déjà produit à Yokohama en mars 1864, puis Louis Soulier en septembre 1874. En revanche, Chiarini proposa un spectacle riche en attractions variées.

Fin juillet 1886, Chiarini s’installait à Yokohama. Le cirque s’installa ensuite à Nagasaki, Kobé, Kyoto, Osaka, et Tokyo. Au mois de novembre, Chiarini donna une représentation particulière pour l’Empereur Mitsuhito.

De ce voyage extraordinaire, il nous reste des affiches de Yoshu Chikanobu, Masanobu Sakuradai et de Utagawa Masanobu. L’iconographie nous montre que le spectacle était composé de jeux équestres, d’acrobates, de tigres présentés dans une cage mobile et d’un éléphant.

L’infatigable globe-trotter

La piste de Chiarini -  les tigres - Utagawa Massanobu
La piste de Chiarini avec les tigres par Utagawa Massanobu

L’étape suivante fut Colombo en 1887, puis aux Indes l’année suivante. L’écuyer William B, Harmston fut une des étoiles du cirque. La troupe retourna en Chine, et au Japon en 1889.

On retrouve Chiarini en 1890 à Cuba, puis pendant sept ans, tourna, à nouveau, au Mexique, en Argentine, en Bolivie, au Pérou, en Équateur, en Colombie… sans compter l’Amérique centrale au Honduras, au San Salvador, et au Panama. 

Agé de 73 ans, ce qui pour l’époque était remarquable, Giuseppe Chiarini mourut en 1897 à Panama City. Il laissait quatre enfants Joséphine, Guiseppe junior, Carlos et Abeli. Ainsi prit fin cette extraordinaire aventure du Cirque Chiarini tout autour du monde. 

Incontestablement, Giuseppe Chiarini a influencé l’éclosion de vocations circassiennes tant en Amérique centrale, du sud, en Australie et surtout dans tous les pays d’Extrême-Orient y compris le Japon.

Vladimir Castilla y Real – Giuseppe Chiarini de 1873 à 1897

Sources – Chiarini de 1873 à 1897

Chiarini devant l'Empereur du Japon
Le cirque de Chiarini devant l’Empereur du Japon
  • Nouvelle Zélande et Australie – Chiarini de 1873 
  • Circus un Australia – Mark St Leon.
  • Sydney Morning Herald – 17/06/1873 – 1 !/06/1873.
  • Rio de Janeiro
  • A contemporaneidade da produçao do Circo Chiarini – Daniel de Carvalho Lopes.
  • El circo mas aclamado – Bertha Hernandez.
  • William L. Stout – notes.
  • Extrême-Orient
  • An Album of Indian Big Tops – Sreedharan Chapad.
  • New Zealand Mail – 26/111879.
  • Programme Royal Italian Circus – Sidney – 11/0601880. 
  • Affiche Chiarini – Calcutta – 1/01/1881.
  • Madras – annonce 17/12/1881.
  • The Australasian – 31/01/1885.
  • Annonce de presse – Australie – 6/02/1885.
  • A la découverte du Japon
  • Storia del Circo – Alessandro Cervelatti.
  • Histoire du Cirque en résumé – Dominique Denis – circus-parade.com.
  • Professor Risley and the Imperial Japonese Troup – Frederick L. Schodt.
  • Kodom-E – Brigitte Koyam-Richard.
  • The Circus of the Horses – Equine Museum of Japon.
  • Chiarini’s Astounding Circus – The Lavenberg collection.
  • Rekihaku – n° 118.
  • Utagawa Masanobu – Pascal Jacob – Acrobates.
  • L’infatigable globe-trotter
  • Equine Museum of Japon – The Circus of the Horses.
  • Victoria Arena – vol II – John Turner.
  • El arte circence en Cuba – Miguel Menendez.
  • La fabulosa historia del circo en México – Julio Revelledo Cardenas.
  • Prince of International Showmen – Charles G. Sturtevant.
  • Olympians of the Sawdust Circle – William L. Stout.
  • G. Chiarini – Dominique Jando – circopedia.
  • Giuseppe Chiarini en Amérique du Nord – du nord au sud des Amériques – circus-parade.com