Sélectionner une page

 

Bien qu’issu d’une famille de cirque fort connue, Noni, Auguste tout aussi célèbre, est resté par certains aspects, un artiste méconnu du public français.
Affiche du Cirque Willy Hagenbeck - Noni

Noni – affiche du Cirque Willy Hagenbeck

Une étoile de la piste

La grand-mère paternelle de Noni, Coralie Ducos fut une étoile du Cirque des Champs Elysées, sous la direction de Louis Dejean, á partir de 1841. Une gravure célèbre la représente, debout sur un cheval á panneau. Elle semble légère, prête á s’envoler avec ses petites ailes dans le dos. C’était en 1849, au Cirque Fernando.

Elle s’envolera vers la très sainte Russie, au bras du célèbre sauteur Siegriest, au cirque de Magnus Hinné qui sera le véritable fondateur des cirques stables de Moscou et de Saint- Petersbourg. Ils resteront pensionnaires de 1850 á 1875. Ils partiront ensuite en Amérique et fonderont un cirque á New-York dans la 14 ème rue.

Une famille célèbre sans prénom

D’origine autrichienne, la famille Siegriest reste encore aujourd’hui un véritable casse-tête pour les amateurs de cirque, car ils se sont allégrement succédés sans avoir de prénoms qui puissent les différencier. Certes, ils ne sont pas les seuls dans ce cas là. Jacques Garnier dans son ouvrage Théodore Rancy et son temps évoque la présence du clown Siegriest en 1857 dans la troupe du célèbre directeur de cirque. Trois ans plus tard, il fait toujours partie de la troupe en compagnie des clowns Karl Aix, Cavallini, André frères et Perrini. Il présentait aussi l’attraction du globe enchanté. Tristan Rémy dans son livre Les Clowns évoque rapidement un Siegriest qui fait équipe avec Fernando á Châlons en 1873. Sans donner plus de précision, il cite un Siegriest aîné, un François, un Baptiste et un Auguste. D’autre part, nous connaissons la troupe de trapézistes Siegriest-Silbons, composée de quatre dames et de quatre messieurs parmi lesquels on trouvera Toto et Louis Siegriest et leur élève Charles Patterson- Siegriest. Ils se produisirent, en autre, au Cirque Barnum & Bailey en 1900 et 1902. Plus tard, Louis, né aux U.S.A. entra dans la fameuse troupe d’acrobates á bicyclette d’Ugo Ancillotti dont. il épousa la soeur Gemma.

Siegriest marié á Coralie Ducos eurent un fils nommé lui aussi Siegriest qui dirigea á son tour un Cirque Ducos, en France et en Belgique.  Siegriest Junior se maria avec Annette Secchi, trapéziste de la troupe de volants du même nom, réputée dans les années 1900.

Les Perezoff - Noni

Les Perezoff

L’auberge espagnole de la jonglerie

La tante de Noni épousa Francisco Perez, de la troupe Perezoff célèbre pour son interprétation de la pantomime jonglée Un souper animé chez Maxim créée par Agoust. Noni fera ses classes dans cette troupe de jongleurs.

Noni, né á Nice en 1893, va apprendre la musique, notamment le piano et le saxophone. Très vite, il va révéler un tempérament comique qui s’affirmera sans conteste par la suite. Son modèle sera Grock qu’il connaissait personnellement pour avoir travaillé dans les mêmes revues de music hall. Comme beaucoup de clowns, il va s’inspirer de son modèle, au point de le copier á la virgule prés. C’est ainsi qu’il va débuter au Finsburry Park Empire en 1917, avec un numéro qui était la copie conforme du numéro de Grock.

Les foudres de la justice

Adrien Wettach dit Grock, alerté par son imprésario Percy Riess, lui fit un procès qu’il gagna puisqu’il obtint un schilling symbolique de dommage et intérêt. On comprendra encore mieux la déception de Grock par rapport á cette affaire, d’autant qu’il croyait avoir de bonnes relations avec la troupe Perezoff. Ils les connaissait depuis longtemps. Il avait appris au jeune Noni qui n’avait que onze ans á l’époque á jouer du xylophone. Il leur avait composé et orchestré la musique pour une revue qu’ils jouaient en Angleterre… On comprend mieux comment Noni a eu tout le loisir d’étudier son modèle.

 Noni fut donc obligé de modifier son numéro, ce qui fut la meilleure chose qui put lui arriver.

Un nouveau départ

Noni avait enfin compris que pour marcher sur les traces se son maître, il fallait faire oeuvre de réflexion.

Noni sur sa lancée va continuer brillamment sa carrière sur les scènes des music-halls britanniques et germaniques. Cette période suivant la première guerre mondiale fut une période où le public était avide de tout spectacle et de distraction en tout genre.Les directeurs d’établissement étaient á la recherche en permanence d’artistes de qualité, et surtout des comiques de classe. Mais, même á cette époque ils n’étaient pas aussi nombreux que cela. Avec le recul du temps, on se rend compte que, si les clowns étaient nombreux, les grands ou du moins ceux qui avaient atteint le rang de vedette, étaient relativement rares.

En 1924, Noni se produit au Coliseum de Londres dans le même programme que Grock. Il était fréquent que plusieurs artistes se partagent le haut de l’affiche, ce qui provoquait bien sur pas mal de grincements de dents, ce qui faisait la fortune des dentistes.

 Noni - photo Archives Arlequin

Portrait de Noni – photo Archives Arlequin

Quand Marie rit

En mars 1928, Noni va se produire á la Royal Variety Performance devant la Reine Marie. Pour cette grandiose soirée de gala qui a lieu généralement tous les anis, les artistes féminines reçoivent á l’issue de leur prestation, un bouquet de fleurs. Lorsque Noni termina son numéro, il eut le culot de réclamer d’une voix plaintive, des fleurs au chef d’orchestre. Ce qui fut considéré comme une audace, vu le contexte, fit rire aux larmes sa très gracieuse majesté qui spontanément lui offrit son propre bouquet.

C’est ainsi que Noni devint pour le public britannique le clown fleuri de la Reine.

La frénésie du jazz

Noni se maria avec Dolly Victoria de la troupe cycliste du même nom, composée de quatre dames et de deux messieurs. Outre les acrobaties, ils jouaient de la musique en équilibre sur leurs vélos. Noni va devenir á son tour chef de famille après la naissance de ses de ses deux filles Nita et Dody, puis naturellement selon la tradition, chef de troupe.

Après la première guerre mondiale la musique de jazz a fait son apparition sur les scènes des music-halls européens. En Amérique le clarinettiste Ted Lewis fut un des créateurs des orchestres dits attractifs par opposition aux formations de musique de danse. Paul Whiteman ensuite, se produira dans tous les music-halls américains et européens. Il triomphera avec son orchestre et ses girls, dans le film La féerie du jazz  en 1928. Venant de Grande Bretagne, le cocasse Jack Hilton va s’imposer á son tour en compagnie de ses boys, avec des mises en scènes ingénieuses. Quelques temps plus tard ce sera au tour de l’extravagant Grégor puis au sympathique Ray Ventura d’adapter le jazz attractif á la sauce française.

Le train en marche

Noni se sentant l’âme d’un chef de troupe, fonde sa, propre formation composée de 22 musiciens á la fois chanteurs et danseurs avec un répertoire d’absurdités musicales, les Golden Serenaders. En juin 1927, accompagné de son partenaire Horace, il passe en vedette dans un des plus beaux music-halls du monde, la Scala de Berlin.

Paris l’accueillera en février 1930 sur la scène de l‘Empire. Il fut rengagé en octobre de l’année suivante, ce qui prouve qu’il plut au public. Il est utile de préciser qu’un certain nombre de vedettes de l’époque, ne firent qu’un seul et unique passage dans ce prestigieux établissement. Pierre Bost dans son livre Le Cirque et le Musi-hall écrivait :

« … Noni, clown très curieux – un des très rares excentriques français qui ait atteint au vrai succès – a réussi, lui aussi, bien que son numéro ne soit qu’une sorte de pot-pourri de numéros célèbres et surtout inspiré de celui de Grock, á réaliser un spectacle long et chargé, qui amuse… »

Noni avec Nita et Doddy - photo Pierre J. Dannès

Noni et ses filles – photo Pierre J. Dannès

Promenade internationale

Noni se produira beaucoup en Allemagne. Entre autre á Breslau en mars 1931 au Variétés Liebich. Il était annoncé comme étant Die Weltsensation. En décembre 1934 il retourne á la Scala de Berlin, au même programme du merveilleux fildefériste Con Colleano.

Après la deuxième guerre mondiale, Noni retournera á Paris au Cirque Medrano en février 1953, accompagné de ses filles Nita et Dody. Il fut la vedette, en 1955, du Cirque Barlay en Allemagne, puis du Cirque Aeros en 1858. L’année suivante, il partira en tournée avec le Cirque Willy Hagenbeck en Allemagne de l’Ouest. Le dernier engagement que nous lui connaissons est au music-hall L’Ancienne Belgique de Gand où il passa en tête d’affiche en octobre 1961.

Noni termina sa carrière discrètement. Incontestablement, Noni fut non seulement un bon artiste mais aussi un comique de classe internationale. Musicien, jongleur, comédien, chef d’orchestre il fut surtout un Auguste pétillant et drôle qui restera dans le coeur des anglais comme le clown qui fit rire the Queen Mary.

Dominique Denis
Clowns de Cirque -par

Clowns de Cirque – Dominique Denis –

Sources

Dossiers chronologiques de l’auteur.

À lire

Extrait de : Clowns de Cirque – Histoire des Comiques de la Piste – Dominique Denis – Arts des 2 Mondes