Sélectionner une page

À New York, en 1853, Henri Franconi junior, fils d’Henri et petit-fils d’Antonio Franconi, fit découvrir au public américain, le spectacle d’hippodrome qui avait été créé, à Paris, par son oncle Laurent.

Un Franconi à New York

Henri Franconi junior - cheval
Henri Franconi junior

Plusieurs écrits ont déjà été consacrés à ce sujet. Cependant, aucun de leurs auteurs n’a trouvé qui était ce fameux Franconi à la tête du Franconi’s Hippodrome, à New York, en 1853.

Grâce aux recherches de Paul Salasca, nous pouvons enfin combler cette lacune.

Jean-Baptiste Henri Frétigny

Comme nous l’avions indiqué dans l’article intitulé Deuxième Cirque Olympique des frères FranconiJean-Baptiste Henri Frétigny était né le 23 novembre 1823, à Paris. Petit-fils d’Antonio Franconi, il était le fils d’Henri Franconi (1779-1849) et de Louise Marie Angélique Désirée Marie Frétigny (1810-1874). 

De cette union, en plus de Jean-Baptiste Henri, naquirent : 

Henri Narcisse, le 24 décembre 1818, … Henri Virgile François, en 1836, qui devint militaire… Léon Laurent François, le 17 mai 1837, qui exerça le métier de doreur… Henriette Angéline Françoise, le 21 mai 1849, qui se maria avec Alexandre Tiné…

Après le décès, le 2 mars 1832, de Marie Jeanne Emilie née Lequiem, la première épouse d’Henri Franconi, ce dernier se maria, en seconde noce, avec Louise Frétigny, en 1842. 

Ordonnance du Roi

Par ordonnance du Roi, le 27 décembre 1847, Jean-Baptiste Henri Frétigny fut autorisé à ajouter à son patronyme celui de Franconi. 

Après le décès de son père, le 22 juillet 1849, Jean-Baptiste Henri Frétigny Franconi, se fit appeler communément Henri Franconi. 

Afin d’éviter toute confusion, nous écrirons dorénavant, Henri Franconi junior.

À l’Hippodrome de l’Étoile

Hippodrome de l'Étoile - les chevaliers
Hippodrome de l’Étoile par Victor Adam

Sous l’égide de son oncle Laurent, Henri Franconi junior participa, en tant qu’écuyer, aux spectacles de l’Hippodrome de la barrière de l’Étoile, à Paris, à partir de juillet 1845. 

Sa participation à ces spectacles fut attesté par plusieurs journalistes dont Théophile Gautier.

Henri Franconi junior se maria à Larnak, en Écosse, le 26 août 1850 avec Stéphanie Berret (dont le nom a été également orthographié Barret). Il eurent deux enfants : Angéline, née en 1851, et Émile F. en 1860.

La mode des Hippodromes

Hippodrome de William Batty - course de chars
Hippodrome de William Batty à Kensington

Aux États-Unis, fin 1852, Richard Sands, Seth B. Howes, Avery Smith, et John J. Nathans firent le projet de monter un hippodrome à la française,à New York, à l’angle de Broadway et de la 23èmerue.

L’idée venait de Richard Sands qui, au cours d’un voyage à Londres en 1852, avait assisté au spectacle de l’Hippodrome de William Batty à Kensington, qui s’était inspiré de celui de Laurent Franconi quelques années auparavant.

Un quatuor de choc

Richard Sands - chevaux
Richard Sands – gravure

Ce quatuor était composé de :

Richard Sands (1814-1861), après des débuts en tant qu’artiste chez Aaron Turner, tourna en Angleterre avec Lewis B. Lent, puis voyagea avec son propre chapiteau aux États-Unis.

Seth Benedict Howes (1815-1901), avait dirigé le Barnum’s Travelling Exhibition. Pour cette entreprise, il était l’associé de Phineas T. Barnum et de Sherwood Stratton, le père de Tom Pouce.

Avery Smith (1814-1876) avait fait ses classes à la ménagerie de June, Titus et Angevine. Il devint ensuite directeur en association avec Gerard C. Quick.

John Jay Nathans (1814-1891) mena, avec Rufus Welch, un cirque important de 1848 à 1851. 

Une troupe européenne

Affiche du Franconi's Hippodrome
Affiche du Franconi’s Hippodrome – New York

La réputation des Franconi était telle que ces quatre patrons prirent contact avec Henri Franconi junior. Ils conclurent un accord stipulant que Henri Franconi junior s’engageait à venir à New York avec les plans d’un hippodrome ainsi qu’une troupe équestre, une cavalerie et des animaux exotiques.

Son équipe était composée de sa femme Stéphanie et sa fille Angéline Franconi… des frères Auguste et François Siegrist et leurs enfants… de madame et monsieur Guiseppe Chiarini et leur fille… les familles Nicola, Stickney, Masson, Marin… et mesdemoiselles Caroline Vidal, Eugènie Cerf, Léontine Girardy, Adeline Bigouit et Angéline Lebrun.

En appoint, Richard Sands amenait le personnel du Sands, Quick & Co Circus.

The Franconi’s Hippodrome

Extérieur de l'Hippodrome Franconi - New York
Extérieur de l’Hippodrome de Franconi à New York

Selon les indications d’Henri Franconi junior, l’architecte Aldrige Winham junior construisit l’hippodrome en moins d’un mois.

L’ensemble était imposant. Il s’agissait d’une vaste arène pouvant accueuillir au moins 6.000 personnes. Les murs étaient en brique. Le toit, en toile et en planches, était supporté par cinq mâts et des quaterpoles. L’éclairage était au gaz.

La troupe arriva par bateau en provenance de Brême. 

Le spectacle 

Hippodrome de Franconi à New York - intérieur
Intérieur de l’Hippodrome de Franconi à New York

La première eut lieu, en soirée, le 2 mai 1853.

Au programme : 

  • Course grecque
  • Trapèze par Marin et Sylvestre
  • Jeux équestres par dix écuyers
  • Parodie d’une course par les singes
  • Henri Franconi et son cheval danseur Johnster
  • Les autruches
  • Course de trois chars
  • Entr’acte 
  • Parade du Camp du drap d’or
  • Concert musical
  • Les Nicolo – jeux icariens
  • Bayard présenté par Henri Franconi
  • Steeple-chase par cinq écuyères
  • Les frères Siegrist – perchistes
  • Franconi et Marin sur leurs chars de guerre 
  • Corso italien : chevaux en liberté.

Tournées du Franconi’s Hippodrome

Camp du drap d'or - Franconi - New York
scène du Camp du drap d’or à l’Hippodrome de Franconi à New York

Dans les journaux les critiques furent élogieuses.

Par la suite, de nouvelles attractions firent leur apparition comme le char de Flore occupée par de gracieuse ballerines, des chameaux, un éléphanteau, et un carrousel. Un ensemble les plaisirs de l’ile évoquait une fête à Versailles. Il y eut encore un numéro de boule sur plan incliné par Sylvestre, les postillons par Chiarini et Stickney.

La dernière représentation newyorkaise eut lieu le 26 novembre.

Le Franconi’s Hippodrome partit en tournée en avril 1854 à Washington, Baltimore et Philadelphie, puis revint à New York, du 26  juin au 23 septembre. 

En parallèle, Richard Sands fit tourner une deuxième unité, appelée également Franconi’s Hippodrome, en 1853 et 1854, dont il confia la régie à Guiseppe Chiarini. 

Encore Franconi à New York

Partition - Franconi - New York
Partition – Hippodrome de Franconi à New York

Selon Stuart Thayer, à la suite de cette aventure new-yorkaise, Henri Franconi junior, se joignit au Frank Rosston’s New Orleans Hippoferean, en novembre 1854, à Louisville. Cette tournée continua jusqu’en mars 1855.

Sous l’égide de Richard Sands, Franconi retourna à New York à la tête du Franconi’s Equestrian Arena and French Circus, sous un chapiteau. Le cirque s’installa ensuite à Brooklyn, puis à Williamsburgh.

L’année suivante, il fit partie du G. N. Eldred’s Great Southern Circus, et en 1857, du cirque de Quick et Smith. D’après William L. Slout, il fut engagé par John Robinson entre 1868 et 1870, puis par Adam Forepaugh, en 1871.

Au panthéon des directeurs de Cirque

D’après l’auteur des Annales du Cirque Américain, Henri Franconi junior n’apparut plus aux États-Unis. 

Cependant, il décéda le 22 janvier 1905 et fut inhumé au saint Stanislaus Cementery de Lansdale, Montgomery County en Pensylvannie. Entre temps, il avait perdu son frère Henri Narcisse en 1869, et sa mère Louise Franconi née Frétigny le 12 mars 1874.

Injustement oublié de l’histoire du cirque, Henri Franconi junior, fils d’Henri et petit-fils d’Antonio Franconi, mérite sa place au panthéon des directeurs. En effet, il fut le promoteur aux États-Unis des spectacles d’hippodrome qui, par la suite, inspira les grandes productions qui enchantèrent plusieurs générations d’américains.

Dominique Denis

Un grand merci à Paul Salasca pour ses recherches généalogiques inédites et au regretté Stuart Thayer pour son magnifique travail d’historien du Cirque américain.

Sources – Franconi à New York

  • Un Franconi à New York
  • Circus and the City – Matthew Wittman.
  • Un Franconi aux États-Unis ? – A. H. Saxon – Le Cirque dans l’Univers – n° 75.
  • Les cirques stables dans le New York du XIXème siècle – Dominique Jando – Le Cirque dans l’Univers – n° 201.
  • Recherches généalogiques par Paul Salasca.
  • Jean-Baptiste Henri Frétigny
  • Antonio Antonio Franconi, cirque et dynastie – Dominique Denis – circus-parade.com.
  • Deuxième Cirque Olympique des frères Franconi – Dominique Denis – circus-parade.com
  • Troisième Cirque Olympique des frères Franconi – Dominique Denis – circus-parade.com
  • Cirque Olympique de Louis Dejean- Dominique Denis – circus-parade.com
  • Louise Marie Angélique Désirée Marie Frétigny – acte n°6.
  • Jean-Baptiste Henri Frétigny – notes Paul Salasca.
  • Henri Virgile François – notes Paul Salasca
  • Léon Laurent François – actes n° 164 – 557.
  • Henriette Angéline Françoise – notes Paul Salasca
  • Ordonnance du Roi
  • Par ordonnance du roi – n° 14.184 – 27/12/1847.
  • Notices biographiques – Recherches Paul Salasca
  • À l’Hippodrome de l’Étoile
  • Cirques en bois, cirques en pierre de France – Charles Degeldère et Dominique Denis.
  • Hippodromes parisiens – Dominique Denis – circus-parade.com
  • Hippodrome – Le Mercure des Théâtres – 31/05/1846.
  • Théophile Gautier – La Presse – Paris – 08/05/1848 – L’art dramatique en France – 1848.
  • L’étoile de la France – 05/10/1848
  • Les Hippodromes – Bulletin de la société historique d’Auteuil et de Passy – 4° trimestre 1915.
  • La mode des Hippodromes
  • Annals of the American Circus – Stuart Thayer.

suite – sources

  • Un quatuor de choc
  • Trésors de Barnum – Dominique Denis.
  • Stars de Lilliput – Dominique Denis.
  • 200 year of the American Circus – Tom Odgen.
  • Olympians of the sawdust circle – William L. Slout.
  • Une troupe européenne
  • Illustrated News – 19/03/1853 – 14/05/1853.
  • New York Herald – 15/04/1853.
  • Hippodrome – world wide words.
  • The Franconi’s Hippodrome
  • Spirit of the Times  – 7/05/1853.
  • Herald – 18/04/1853 – 3/05/1853 
  • Le spectacle 
  • Programmation et affiche Franconi’s Hippodrome.
  • Tournées du Franconi’s Hippodrome
  • Notes Stuart Thayer.
  • Encore Franconi à New York
  • Suite – Annals of the American Circus – Stuart Thayer.
  • William L. Slout – notes.
  • Au panthéon des directeurs de Cirque
  • Paul Salasca – recherches. 
  • Stuart Thayer – notes.