Sélectionner une page

Par Vladimir Castilla y Real

Zazel fut la première femme catapultée dans les airs par un canon propulseur au Royal Aquarium de Londres en 1877.

Zazel - photo dans son canon stéréoscopique
Zazel the beautiful human cannon ball

Le bombardement de Londres

Un canon tonna, avec fracas, à Londres en avril 1877, au music-hall le Royal Aquarium. Le boulet n’était autre qu’une charmante demoiselle appelée Zazel.  Quel émoi !

Immédiatement, la presse chercha à savoir qui était donc cette Zazel ?

Elle s’appelait Rosa Mathilda Richter. Selon l’historien William L. Slout, elle était née le 11 avril 1862 à Londres. Ses parents Ernst et Suzanne Richter étaient des artistes originaires de Dresde. Dès son plus jeune âge, elle apprit à marcher sur le fil et à se suspendre à un trapèze, et quelques années plus tard, était entrée dans le métier.

Zazel Femme obus

Une femme obus ? Voilà de quoi aviver la curiosité des journalistes ! En réalité, ce numéro n’était pas nouveau puisqu’il avait été créé par William Leonard Hunt, dit Guillermo Antonio Farini, en 1873.  C’était au au Niblo Garden de New York.

Empruntons au Dictionnaire du Cirque de Dominique Denis la définition du concept : Il s’agit d’un voltigeur catapulté dans les airs par un canon propulseur et qui se reçoit dans un filet tendu à plusieurs mètres de distance.

L’artiste propulsé par un canon était Miss Lulu, qui était un homme travesti.  Cette attraction à grande sensation eut un énorme succès en Amérique, et immédiatement, G. A. Farini déposa le brevet.

Les mélodies du canon

Zazel human cannon ball - affiche
Zazel the beautiful human cannon ball

Lorsque Farini voulut présenter cette attraction à Londres, il chercha une voltigeuse à la fois jeune, intrépide et ayant suffisamment de métier. Il ne put mieux trouver que Rosa RichterG. A. Farini réussit à convaincre ses parents de se lancer dans cette aventure qui allait la rendre célèbre. 

Le public du Royal Aquarium fut enchanté par les exploits de Zazel.

Parmi les spectateurs qui se bousculaient pour admirer les exploits de la jeune voltigeuse, on remarqua la présence du prince de Galles. Dans tout Londres, on ne parlait que de Zazel. Il y eut même une chanson qui fut chantée par le populaire George Leybourne, et une valse composée par Charles Dubois.

Contrats prestigieux

En plus de sa prestation de femme-obus, Zazel présentait ses exercices sur le fil et également effectuait un plongeon dans le vide en s’élançant d’une plate-forme à grande hauteur pour se réceptionner dans un filet.

À leur tour, les Parisiens purent admirer ses exploits à lHippodrome de l’Alma et aux Folies Bergère en 1878. Retour en Angleterre, l’année suivante au Cirque Hengler à Liverpool, en février 1879, et à Glasgow, le mois suivant.

Phineas Barnum la fit débuter à New York dans son cirque à trois pistes le 8 avril 1880.

Les contrats se succédèrent avec John B. Doris en 1881, Barnum, Bailey et Hutchinson en 1882, et Cooper, Jackson & co en 1883.

Sur les pas de Barnum

Zazel par Chéret
Zazel – affiche de Chéret

Rosa se maria avec George Oscar Starr qui, comme Phineas Barnum, était originaire de Bethel.  Après des études de médecine, il se consacra au métier du spectacle, d’abord comme directeur de dime-museum puis comme agent de presse pour Barnum & Bailey.  Ensuite, il monta plusieurs spectacles de variétés comme la Star Opera Company.

Entre temps, Farini qui était le propriétaire du numéro de la femme-obus, continua de présenter son attraction avec d’autres voltigeuses qui furent également appelés Zazel.

Revenons à Rosa Zazel qui reprit son périlleux numéro de femme projectile et qui, en 1891, se blessa gravement au Adam Forepaugh Circus.

En Australie

En tournée en Australie, l’année suivante, elle se fit remarquer en sautant de la fenêtre du quatrième étage d’un immeuble pour atterrir promptement dans un filet.

À la suite de ces périples aux antipodes, Zazel s’établit en Angleterre avec son mari. Ce dernier décéda en 1915. Quant à elle, elle s’éteignit le 8 décembre 1937.

Courageuse et audacieuse, Zazel sut tout au long de sa carrière se démarquer des autres acrobates et se hisser au haut de l’affiche. Dans les annales du cirque, elle est restée comme la première femme projectile.

Vladimir Castilla y Real

Sources

  • Le bombardement de Londres
  • Affiche du Royal Aquarium.
  • The Era – 29/04/1877.
  • Illustration – The Illustrated Sporting and Dramatic News – 26.05/1877.
  • Olympians of the Sawdust Circle – William L. Slout.
  • Side-Shows – William G. Fitzgerald – Strand Magazine.
  • Strange Feats & Clever Turns – Charlie Holland.
  • Zazel Femme obus
  • Attractions sensationnelles – Adrian.
  • Dictionnaire du Cirque – Dominique Denis.
  • Encyclopédie du Cirque – Dominique Denis.
  • Femmes et Hommes projectiles au Cirque – Dominique Denis – circus-parade.com.
  • Human Cannonballs – Fred D. Pfening – Bandwagon – november 1976.
  • Les mélodies du canon
  • British Music-Hall – Roy Busby.
  • Partitions Zazel par George Leybourne – valse de Charles Dubois.
  • Contrats prestigieux
  • Programme Hippodrome de l’Alma – 1878.
  • Folies Bergère – affiche.
  • Hengler Circus – Dominique Denis – circus-parade.com
  • Book : Hengler’s Grand Cirque – Stuart mcMillan
  • Trésors de Barnum – Dominique Denis.
  • Annonce Barnum – 1880.
  • Sur les pas de Barnum
  • 200 years of the American Circus – Tom Ogden.
  • Women of the American Circus – Katherine H. Adams & Michael L. Keene.
  • Intrepid Zazel – New York Clipper – 12/05/1888.
  • Human Cannonballs – Fred D. Pfening – Bandwagon – november 1976.
  • En Australie
  • William L. Slout – notes.
  • Women on the Trapeze – The West Australian – 2/02/1892.
  • Mechanical Thrillers – G. L. Chindahl – White Top – september 1955.