Sélectionner une page
Medrano – Direction Jérôme Medrano. De 1928 à 1963, Jérôme Medrano, un homme de spectacle exceptionnel, présenta dans son cirque parisien des spectacles qui firent l’admiration du monde entier.
Allez rire à Medrano - Direction Jérôme Medrano

Allez rire à Medrano

L’entrée en piste de Jérôme Medrano
Direction Jérôme Medrano

Affiche Medrano – Fluctuat nec Mergitur

A sa majorité, et après avoir terminé son service militaire, Jérôme Medrano, le fils du célèbre Boum-Boum, hérita officiellement du cirque paternel. Il en prit la direction, et présida la réouverture, le 7 septembre 1928. Ayant pris exemple sur les meilleurs cirques européens de l’époque, comme Sarrasani et Knie, il débuta ses nouvelles fonctions avec le principe d’offrir à son public des spectacles de qualité et originaux.

Respectant les engagements pris par son prédécesseur Rodolphe Bonten, Jérôme Medrano fit en sorte que la première saison se passât dans un esprit de continuité. Cependant, dès la deuxième saison, il fit repeindre l’intérieur, améliorer l’éclairage, et surtout insuffler à son personnel, un enthousiasme communicatif. Il sut aussi s’entourer de nouveaux collaborateurs prestigieux comme André Legrand-Chabrier, et prit comme chef d’orchestre Louis Closset.

Afin de contenter ses spectateurs, il n’hésita pas à engager des vedettes internationales de la Piste, comme l’écuyer portugais Roberto de Vasconcellos, les acrobates à cheval Chotachen Courtault et Lucio Cristiani, les fantastiques patineurs Brown et Lahart, la troupe icarienne, les 10 Allison ou le merveilleux dompteur Sailer Jackson. Une nouvelle génération de clowns avec à leur tête Caïroli, Porto et Carletto, allait renouveler le répertoire. 

Le sacre des vedettes à Medrano – Direction Jérôme Medrano
Enrico Rastelli à la Tour Eiffel - Direction Jérôme Medrano

Enrico Rastelli à la Tour Eiffel

Jérôme Medrano prit le risque de faire venir à prix d’or, en octobre 1930, le fabuleux jongleur Enrico Rastelli, et de le mettre en haut de l’affiche. Si Rastelli était connu des amateurs éclairés, il ne l’était pas du grand public. Malgré ce handicap, Jérôme Medrano sut en faire une vedette. Pour la première fois dans les annales du Cirque, un jongleur allait remplir une salle de spectacle. Enrico Rastelli revint sur la Piste montmartroise, l’année suivante, et fit salle comble.

Grock à Medrano - Direction Jérôme Medrano

Grock à Medrano

Fort de ce triomphe, Jérôme Medrano s’ingénia à hisser au rang de vedettes, des artistes de grand talent. Ce fut le cas de Barbette, le trapéziste travesti ou de Grock qui tenait la piste pendant 45 minutes.

Pour la saison d’été 1930, Harold Ross loua la salle pour organiser un marathon de la danse qui fit un succès phénoménal. En 1931, les rois du rire Antonet et Béby se surpassèrent. L’année suivante débuta par une pantomime intitulée Espana, qui permit de mettre en valeur le toréador du fil-de-fer, l’incomparable Con Colleano. Ensuite, les clowns Andreu-Rivel, et leur frère Charlie dans sa parodie de Charlot au trapèze, firent rire aux éclats. Il y eut aussi La revue de Medrano, qui permit d’apprécier de jeunes clowns Despard et Rhum, puis on assista au retour de Grock, assisté de Lolé, et de l’accordéoniste Fier.

Pour la rentrée de septembre, Jérôme Medrano édita un magazine, et créa le Club Medrano, véritable préfiguration des écoles de cirque. En novembre, Medrano présenta Le cirque sous l’eau, une pantomime nautique animée par Georges Loyal et Rhum. La piste était recouverte d’une immense bâche caoutchoutée achetée au Cirque du Capitaine Schneider, pour recevoir les 250.000 litres d’eau.

Le style Medrano – Direction Jérôme Medrano

Rire à Medrano - Direction Jérôme Medrano

Rire à Medrano – affiche de Paul Colin

Les spectacles reprirent sur un rythme de plus en plus enlevé. Plus de temps morts entre les numéros, de l’audace, du rire !

Pour la rentrée de septembre 1933, Recordier et Boulicot, transfuges de l’Empire, animèrent les intermèdes comiques. De nouvelles étoiles de la Piste firent leur apparition comme, Joe Jackson le voleur de bicyclette, les 4 Kraddock ou Nello l’humour qui roule… En marge des spectacles, André Legrand-Chabrier, en collaboration avec le collectionneur Thomas Moret, mit en place une exposition, véritable musée du Cirque.

L’année suivante, on découvrit l’imitateur Rudi Grasl ou l’étonnante otarie Aqua. L’année 1935 débuta avec Dohéos, annoncé comme étant le plus beau cheval du monde, et Gaston Palmer, le gentleman du rire. Ensuite, on fut étonné par Léa, la lionne en liberté, qui se prélassait sur un canapé avec son dresseur Kemmerich. Le danseur de corde indien Kannan Bombayo stupéfia le public parisien en tournant le double saut périlleux sur une corde élastique. Hiératique, le torse nu, sans cravache, Togare déambulait, au milieu de 6 tigres royaux du Bengale.

Le Paradis des Clowns à Medrano

Rhum à Rome - Direction Jérôme Medrano

Rhum à Rome

Une grande fantaisie clownesque intitulée Rhum à Rome, avec l’Auguste vedette Enrico Sprocani, dit Rhum, entouré de son partenaire Charles Manetti, de ses confrères Alex Bugny, Porto, Tony, Recordier et Boulicot, démarra l’année 1936.

Le 17 février, Jérôme Medrano organisa, sous l’égide du journal l’Intransigeant et de Radio-Cité, un gala au profit de la veuve du plus grand clown du XXe siècle, Antonet. En moins de 48 heures toutes les places furent vendues. Ce spectacle exceptionnel réunit sur la Piste toutes les vedettes du spectacle de l’époque, de Maurice Chevalier à Fernandel. Cette année là, des étoiles de la Piste, comme Alfred Court, dans la Paix dans la Jungle, les rois du rire, les cyclistes Nicol et Martin, les jongleurs sur fil  Reverhos, la troupe de lilliputiens de Ritter, Lalo Codona et ses nouveaux partenaires, tinrent le haut de l’affiche. On assista aussi, avec joie, au retour des Fratellini.

En 1937, on fêta le retour de Grock, à qui Jérôme Medrano donna la réplique, et ce fut encore un défilé de vedettes avec le trapéziste contorsionniste Albert Powel, le fildefériste Maximo ou le champion de course à pied Ladoumègue, dans une présentation originale. A l’occasion de l’Exposition Universelle à Paris, en octobre, le thème du spectacle fut : De l’Exposition 1900 à l’Expo 1937.

Toujours à l’affût, d’attractions nouvelles, Jérôme Medrano fit appel les deux années suivantes à l’équilibriste Unus, au perroquet Coco, présenté par Rémy Ventura ou au trio de chanteuses afro-américaines, les Peter Sisters, qui à elles trois, pesaient 450 kgs. Enfin, Emile Recordier fut l’instigateur de deux pantomimes humoristiques On a enlevé la Femme à barbe, et Le fils de Buffalo Bill.

Chesterfolies à Medrano 

Chesterfolies 43 - Direction Jérôme Medrano

Chesterfolies 43 par Henry

Jérôme Medrano fut rappelé sous les drapeaux, fin août 1939… Le fils de Boum-Boum loua son cirque aux impresarii Emile Audiffred et Félix Marouani, qui exploitèrent l’établissement, à raison de trois jours par semaine. Les spectacles reprirent jusqu’à l’offensive germanique, en mai 1940, puis le cirque fut occupé par la firme allemande Paula Busch, jusqu’en février 1941. En avril, les représentations reprirent avec des programmes où dominaient les entrées clownesques. L’année suivante, la rentrée de septembre se fit avec les clowns Maïss et Béby, le célèbre poivrot Germain Aéros, le jongleur à monocycle Charly Wood et les trapézistes volants en lumière noire, les Zemganno. Le vendredi 13 novembre, l’actrice de cinéma Gina Manès fut cruellement attaquée par les fauves de Roger Spessardy.

Gilles Margaritis qui, en mai 1940, avait présenté avec Albert Rémy le numéro de la Ford en Folie, mit en scène une revue burlesque intitulée Chesterfolies 43. Ce fut un énorme succès pendant 4 mois. L’année suivante, il y eut une suite avec les Chesterfolies 44. Entre temps, à la fin de l’année 1943, les propriétaires du terrain, la famille Saint, vendit le Cirque Medrano à la famille Bouglione. Cependant, Jérôme Medrano, pouvait encore compter sur 7 ans de bail…

Façade de Medrano - Direction Jérôme Medrano

Façade de Medrano avec Buster Keaton

La rentrée 1945 se fit avec une formule appelée floor-show, où la deuxième partie du spectacle se déroulait sur un plancher. Puis, Jérôme Medrano partit aux U.S.A. et céda la direction à Marcelle Roulet. Profitant de son séjour en Amérique, le fils de Boum-Boum engagea pour son cirque montmartrois des vedettes d’outre-Atlantique comme Buster Keaton, l’harmoniciste Larry Adler ou les rois des claquettes, les Nicholas Brothers. De grands artistes défilèrent tour à tour, comme Charlie Rivel, le génial ventriloque Robert Lamouret, les fantastiques funambules, les 7 Triska, les jongleurs Raspini ou Bela Kremo, la fantaisiste Maria Valente, les clowns italiens Salvadori, Bario et Bario...

Une saison de rêve à Medrano – Direction Jérôme Medrano

Bien que son bail fut expiré en juillet 1950, Jérôme Medrano s’engagea dans une bataille judiciaire pour rester maître des lieux.

Violette Schmidt - Direction Jérôme Medrano

Violette Schmidt – photo Pierre J. Dannès

Le fils de Boum-Boum reprenait la direction effective de son établissement. Du 7 septembre 1951 au 11 mai 1952, les Parisiens purent assister à 14 spectacles exceptionnels, composés d’une pléiade d’attractions internationales, présentées à un rythme accéléré, éclairées et mises en piste par le directeur en personne.

Ce fut un feu d’artifices réunissant les plus grandes vedettes de l’époque, comme le génial Grock ou le mythique dompteur Vojtech Trubka, sans compter les nombreuses révélations, comme l’inoubliable danseuse acrobatique Violette Schmidt, le petit Prince John, les fabuleux Charlivel ou le prestigieux Otto Schumann qui enthousiasma le Tout-Paris. Le temps de cette saison, une des plus belles de l’histoire du Cirque, les spectateurs purent rire avec les meilleurs clowns du moment, de Polo Rivel aux Bario, en passant par Rhum, Pipo et Béby, sans oublier le bataillon d’amuseurs composé de Nino et Charly, Boulicot, Loriot et Billy Beck. Chaque spectacle était présenté par le Maître de Cérémonie Jean Dréna, et accompagné du grand orchestre de Germaine Mordant. (Cette saison de rêve a été l’objet d’une étude approfondie dans la Collection des Dossiers de l’Histoire du Cirque – n° 3 – intitulée Medrano – saison 1951-1952 par Dominique Denis.)

La piste du Rire à Medrano

Buster Keaton - Direction Jérôme Medrano

Buster Keaton à Medrano

La même formule de spectacle accéléré, riche en attractions internationales, continua les saisons suivantes. On assista au retour de Buster Keaton, de Little John, de Rhum, et d’Otto Schumann. Les 12 lippizans de Knie dirigés avec maîtrise et élégance par Wenzel Kossmayer obtinrent un grand succès. On put apprécier le pickpocket Borra, la belle Joan Rhodes dans ses exercices de force ou la dynamique troupe d’Augustes de soirée de Spider Austin. Medrano était redevenu la référence mondiale pour les artistes en quête de consécration.

Le mois d’octobre 1953 fut endeuillé par le décès de Rhum, l’Auguste de grand talent qui fut un des clowns favoris de Medrano. L’année 1954 débuta avec Buster Keaton, qui retrouvait avec joie le public parisien, puis Rolf et Frédy Knie furent les invités d’honneur de la Piste montmartroise. L’année suivante, l’illusionniste Richiardi Junior impressionna le Tout-Paris avec l’étonnante expérience de la femme coupée en deux par une énorme scie circulaire. De février à avril, des caméras filmèrent une série d’émissions de télévision intitulée Le Cirque du Jeudi.

Le joyeux Achille à Medrano

Achille Zavatta - Direction Jérôme Medrano

Achille Zavatta

Achille Zavatta fit une brillante rentrée parisienne, en septembre 1955. Il resta toute la saison jusqu’au dernier spectacle intitulé Chesterfolies 56. Entre temps, au mois de novembre, la vedette du Rire du Cabaret et du Music-Hall, Jean Richard, fit ses débuts au Cirque, en présentant le groupe d’éléphants de Knie. Dans ce même programme, on pouvait rire avec trois équipes de clowns, Achille Zavatta assisté de Dréna, les Rudi-Llata, et le trio Alex, Simo et Charly. En septembre, Medrano présenta pour la première fois en France le Cirque de Budapest, puis le cirque allemand Williams-Althoff.

Fernand Raynaud - Direction Jérôme Medrano

Fernand Raynaud à Medrano

Medrano accueillit, en avril 1957, le grand comique français Fernand Raynaud qui sut s’adapter à merveille à l’optique de la Piste. Le chanteur André Dassary fut la vedette d’une opérette intitulée, La route qui chante, et en juillet, Paris disait définitivement adieu à Boulicot, le pétillant Auguste aux cheveux verts.

La rentrée de septembre fut placée sous le signe de la bonne humeur, avec le gang du rire composé de Nino, Gin, Lulu, Tonio, Marcellys et le monument de la piste Albert Fratellini. Medrano accueillit, l’année suivante, les clowns Siki, l’incroyable Pinito del Oro au trapèze Washington, et on revit avec joie les Craddock. La rentrée de septembre fut marquée par une revue nautique à mode italienne, intitulée Bravissimo.

Au revoir Medrano

 Les Bario - Direction Jérôme Medrano

Les Bario

Violette Medrano, en 1959, devint officiellement la directrice. Elle engagea l’excentrique musical Don Saunders, les clowns Bario Junior, pour le spectacle Rires à gogo 59. Ensuite, on vit Berolina, le bébé éléphant de Hans Kossmayer, puis Bylar, le tigre écuyer d’Harry Belli.

La piste fut transformée en patinoire, en mai 1960, avec Cavalcade sur glace, animée par l’étoile de la glace Raymonde du Bief, et les hilarants Bario. En octobre, 4 équipes de clowns – Alex et Jacques Francini, Bob et Momo, Lulu et Tonio, Maïss et Pékari – rivalisèrent d’entrain, puis Charlie Rivel fut la vedette d’un spectacle intitulé Rêve de Clown. Enfin, le populaire Achille Zavatta anima les fêtes de la fin de l’année 1961.

Jérôme Medrano et le Prince Rainier de Monaco - Direction Jérôme Medrano

Jérôme Medrano et le Prince Rainier de Monaco – photo Pierre J. Dannès

L’année suivante, le numéro d’excentricités musicales d’une classe époustouflante, The Little Walter Family, fut un des moments forts de la saison. Le Club des Amis de Medrano reprit ses activités en accueillant des jeunes mordus de la Piste, dont faisait partie le coauteur de ce livre. Pour la rentrée suivante, on put rire avec les hilarants clowns espagnols, les Rudi-Llata, et le spectacle de décembre, fut animé par une pléiade d’attractions de qualité comme les fildeféristes Arata, les équilibristes Akimoto, et les clowns Alava. Hélas, ce spectacle fut le dernier de Medrano. Entre temps, eut lieu le Gala de la Piste sous l’égide de Louis Merlin.

L'entrée des artistes - Direction Jérôme Medrano

L’entrée des artistes de Medrano

La dernière, qui eut lieu le 7 janvier 1963, fut particulièrement émouvante. Entourés de nombreux artistes, Violette et Jérôme Medrano sous les acclamations du public, s’avancèrent au milieu de la Piste pour un dernier Au revoir. Dans le ciel de Paris, une étoile venait de s’éteindre…

Homme de spectacle exceptionnel, Jérôme Medrano est l’auteur d’un livre remarquable, Une vie de Cirque.

Extrait de : Cirques en bois, cirques en pierre de France – Charles Degeldère et Dominique Denis – deux volumes – Arts des 2 Mondes – 2003. (en cours de réédition). 

Sources

  • Une vie de Cirque – Jérôme Medrano.
  • Programmes Medrano – 1928 à 1962.
  • Dossiers chronologiques Medrano – Dominique Denis.
À lire :
Cirques en bois, cirques en pierre de France - cirques parisiens

Cirques en bois, cirques en pierre de France